Transaction costs of community-based forest management: empirical evidence from Tanzania

Authors


*E-mail: jl15@york.ac.uk

Abstract

Levels of transaction costs in community-based forest management (CBFM) in four communities adjacent to the Ambangulu mountain forests of the north-east of Tanzania were assessed through questionnaire responses from 120 households. Costs and benefits of CBFM to the rich, medium and poor groups of forest users were estimated. Costs of CBFM were participation in forest monitoring and time spent in meetings. Benefits included forest products consumed at household level. Transaction costs relative to benefits for CBFM were found to be higher for poorer households compared with medium income and richer households. Higher income groups obtained the most net benefits followed by medium and poorer households. Community involvement in forest management may lower the transaction costs incurred by government, but a large proportion of these costs are borne by poorer members of the community. Transaction costs are critical factors in the success or failure of CBFM and need to be incorporated into policies and legislation related to community-based natural resource management.

Résumé

On a évalué les frais de transactions dans la gestion communautaire de la forêt (community-based forest management– CBFM) au moyen de questionnaires distribués dans 120 foyers de quatre communautés voisines des forêts des monts Ambangulu, au nord-est de la Tanzanie. Les coûts et bénéfices de la CBFM ont étéévalués pour les groupes riches, moyens et pauvres d'utilisateurs de la forêt. Les coûts de la CBFM concernaient la participation au monitoring de la forêt et le temps consacré aux réunions. Les bénéfices incluaient les produits forestiers consommés au niveau de chaque famille. Le rapport entre le coût des transactions et les bénéfices de la CBFM s'est révélé plus élevé pour les foyers pauvres que pour les moyens et les riches. Les groupes aux revenus les plus élevés tiraient le bénéfice net le plus haut, suivis par les groupes aux revenus moyens, puis les pauvres. L'implication communautaire dans la gestion forestière peut faire baisser les frais de transactions couverts par le gouvernement, mais une grande partie de ces coûts sont supportés par les plus pauvres membres de la communauté. Or ces frais sont des facteurs critiques de la réussite ou de l’échec de la CBFM, et il faut les intégrer dans des politiques et une législation liées à la gestion communautaire des ressources naturelles.

Ancillary