Get access

Activity patterns of reintroduced lion Panthera leo and spotted hyaena Crocuta crocuta in the Addo Elephant National Park, South Africa

Authors


E-mail: hayers111@aol.com

Abstract

Africa's large predator guild competes for a limited food resource base. To minimize the degree of competition, we hypothesized that the two largest members of this guild and its fiercest competitors, the lion and the spotted hyaena, would partition their activity patterns to avoid interacting. We used 96-h continuous follows of focal animal(s) to determine when the six radio-collared lions and eight radio-collared spotted hyaenas, reintroduced into Addo Elephant National Park in 2003/2004, were active using a binomial measure of activity which was defined as movements >100 m during each hourly period. Contrary to our predictions, lions and hyaenas did not partition their activity times, probably because of their current low population densities. Both species exhibited a crepuscular activity pattern although hyaenas were far less active during daylight. A sub-adult lioness minimized competitive interactions by becoming diurnal. This is likely to be a common strategy for lions that have been expelled from their natal pride to become nomadic, as it allows them to minimize kleptoparasitic and agonistic interactions from competitively dominant conspecifics and competitors. The increase in testosterone that occurs in males upon reaching sexual maturity, darkens their pelage and causes them to be more directly impacted by the heat, and thereby affords females an opportunity to escape from males during hot temperatures. Similarly, the longer pelage of young hyaenas restricts their activity to the cooler night-time.

Résumé

Les guildes de grands prédateurs africains sont en compétition pour des ressources alimentaires en quantité limitée. Pour minimiser le niveau de compétition, nous avions émis l'hypothèse que les deux plus grands membres de ce groupe, et ses compétiteurs les plus féroces, le lion et l'hyène tachetée, se répartissaient leurs schémas d'activités pour éviter les interactions. Nous avons passé 96 heures à suivre un ou des animaux focaux pour déterminer quand les six lions et les huit hyènes équipés de colliers radio, qui ont été réintroduits en 2003–2004 dans le Addo Elephant National Park, étaient actifs, en utilisant une mesure binomiale de l'activité qui était définie par des déplacements de plus de 100 mètres par période d'une heure. Contrairement à nos prédictions, les lions et les hyènes ne se répartissaient pas le temps d'activité, peut-être en raison de leur densité de population qui est actuellement faible. Les deux espèces présentaient un schéma d'activité crépusculaire, mais les hyènes étaient beaucoup moins actives en plein jour. Une lionne sub-adulte a minimisé les interactions en devenant diurne. Il est probable que ceci est une stratégie commune chez des lions qui ont été expulsés de leur famille d'origine et sont devenus nomades, parce que cela leur permet de minimiser les interactions klepto-parasitiques et agressives avec des congénères dominants ou des compétiteurs. L'augmentation du taux de testostérone qui touche les mâles qui atteignent la maturité sexuelle rend leur pelage plus sombre, ce qui les rend plus sensibles à la chaleur; ceci donne aux femelles une opportunité d’échapper aux mâles lorsque la température est élevée. De même, le pelage plus long des jeunes hyènes restreint leurs activités aux heures plus fraîches de la nuit.

Ancillary