Factors influencing duiker dung decay in north-east Gabon: are dung beetles hiding duikers?

Authors

  • Nathalie Van Vliet,

    1. Center for International Forestry Research (CIFOR), Centre International de Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), Campus International de Baillarguet, 34 398 Montpellier Cedex 5, France
    Search for more papers by this author
  • Robert Nasi,

    1. Center for International Forestry Research (CIFOR), Centre International de Recherche Agronomique pour le Développement (CIRAD), Campus International de Baillarguet, 34 398 Montpellier Cedex 5, France
    Search for more papers by this author
  • Jean Pierre Lumaret

    1. UMR 5175 CEFE, Université Montpellier 3, Laboratoire de Zoogéographie, Route de Mende, 34199 Montpellier Cedex 5, France
    Search for more papers by this author

*E-mail: n.vanvliet@cgiar.org

Abstract

We analysed seasonality of dung decay time and the influence of rainfall, leaf fall, beetle attack and moisture on dung decay. Our study was carried out at the Ipassa Reserve, north-east Gabon. We compared the seasonality of dung decay with the seasonality of dung beetle abundance and guild structure. Dung beetle activity was the main factor influencing dung decay in our study site. Decay time was the highest during the main dry season (3.4 days) and the lowest during the short rainy season (0.7 days). Dung decay time was closely related to dung beetle abundance, especially to the abundance of nocturnal beetles. We discuss the implications of such results for duiker survey methods based on dung pellet counts in areas where decay time is extremely short or unknown.

Résumé

Nous avons analysé le caractère saisonnier de la durée de décomposition des crottes et l’influence des chutes de pluie, des chutes de feuilles, des attaques de coléoptères et de l’humidité sur la décomposition des crottes. Notre étude s’est déroulée dans la Réserve d’Ipassa, au nord-est du Gabon. Nous avons comparé le caractère saisonnier de la décomposition des crottes avec celui de l’abondance des coléoptères et la structure des guildes. L’activité des bousiers était le principal facteur influençant la décomposition des crottes sur notre site d’étude. La durée de la décomposition était plus longue pendant la grande saison sèche (3,4 jours) et plus courte pendant la petite saison des pluies (0,7 jour). La durée de la décomposition était étroitement liée à l’abondance des bousiers, spécialement celle des coléoptères nocturnes. Nous discutons les implications de ces résultats pour les méthodes de recensement des céphalophes qui se basent sur le comptage des crottes, dans des régions où le temps de décomposition est extrêmement court, ou inconnu.

Ancillary