SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • gelada baboon;
  • human–wildlife conflict;
  • Simien Mountains

Abstract

The degree of conflict between gelada baboons and local communities in and around the Simien Mountains National Park was investigated and possible solutions for the existing problems are suggested. The study was carried out from September, 2005 to March, 2006 by means of questionnaire survey, direct observations on crop damage by gelada baboon and using faecal dropping analysis. Data were analysed using descriptive statistics, and responses were compared using chi-squared test and one-way ANOVA. Logistic regression model was used to determine factors that caused crop damage. The average annual crop loss by gelada baboon per household was 117 ± 10 kg. There was a positive correlation (r = 0.43, < 0.001) between the type of crop grown and the type of crop damaged. Among the respondents, 47.3% reported serious loss of barley by gelada baboons. Analysis from the faecal droppings showed that 18% of the samples constituted barley although the extent of damage varied from village to village. Among the respondents, 60.3% cultivated only barley because of the cold weather and the type of soil in the study area. Distance from the Park and the frequency of crop damage were negatively correlated (−0.57, < 0.001). Although farmers utilized various methods to protect their farms against gelada baboons, the most prominent method was direct watching (48.3%). To minimize the existing problems, local residents and the Park authorities should work together to identify alternative crops and land-use patterns that might not attract gelada baboons.

Résumé

Nous avons étudié l’importance des conflits entre les babouins geladas et les communautés locales dans et autour du Parc National des Simien Mountains, et nous suggérons d’éventuelles solutions pour les régler. L’étude a eu lieu de septembre 2005 à mars 2006, sous la forme d’une enquête par questionnaire, d’observations directes des dommages causés aux cultures par les geladas et d’analyses des excréments. Les données furent analysées au moyen de statistiques descriptives, et les réponses furent comparées par un test en χ² et une ANOVA à une voie. Un modèle de régression logistique fut utilisé pour déterminer les facteurs qui causent les dommages aux récoltes. La perte annuelle moyenne attribuée aux babouins était de 117 ± par ménage. Il y avait une corrélation positive (r = 0.43, < 0.001) entre le type de culture pratiqué et celui qui était endommagé. 47.3% des participants à l’enquête ont rapporté de graves pertes d’orge à cause des babouins geladas. L’analyse des excréments a révélé que 18% des échantillons étaient composés d’orge mais la gravité des dommages variait d’un village à l’autre. 60.3% des participants ne cultivaient que de l’orge en raison du climat froid et du type de sol dans la zone étudiée. La distance par rapport au parc et la fréquence des dommages étaient négativement liées (−0.57, < 0.001). Bien que les fermiers utilisent plusieurs méthodes pour protéger leurs fermes contre les geladas, la plus importante était de les surveiller directement (48.3%). Afin de minimiser les problèmes actuels, les résidants et les autorités du parc devraient travailler ensemble pour identifier des cultures alternatives et des schémas d’utilisation des sols qui puissent ne plus attirer les babouins.