SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • blue duiker;
  • digestion;
  • figs;
  • nutrient composition;
  • nutrition;
  • ruminant

Abstract

Tropical forests throughout the world are home to a guild of small ruminants that consume fruit as a substantial portion of their diet. Because the rumen is relatively inefficient at digesting nonstructural carbohydrates and only slowly digests cellulose, the feeding adaptations of frugivorous ruminants are enigmatic. We examined the nutritional value of wild figs to blue duikers, one of the smallest and most frugivorous ruminants, through chemical analyses and a series of digestion trials with six species of wild African figs. These figs were high in fat, protein, cell wall, lignin and Ca : P ratios, low in sugar and starch, and high in unextractable, fibre-bound tannins when compared with many other fruits. The fibre-bound tannins and protein caused protein digestibility and nitrogen balance to be consistently low or negative. The high fibre content of the figs allowed duikers to only digest 30–60% of energy contained in the figs. However, duikers were able to consume enough digestible energy to maintain body mass during 4-day trials. Therefore, a ruminant digestive system is beneficial to mammals eating high fibre, high-tannin tropical fruit like figs, especially if the mammal is small enough to harvest a sufficient amount to meet its daily energy requirements and has adaptations for reducing the effects of tannins on protein digestibility.

Résumé

Les forêts tropicales du monde entier abritent toute une faune de petits ruminants dont les fruits constituent une part non négligeable de l’alimentation. Comme le rumen est relativement peu efficace pour digérer les hydrates de carbone non structuraux et ne digère que lentement la cellulose, les adaptations alimentaires des ruminants frugivores sont encore énigmatiques. Nous avons examiné la valeur nutritionnelle des figues sauvages pour le céphalophe bleu, un des ruminants les plus petits et parmi les plus frugivores, au moyen d’analyses chimiques et d’une série d’essais de digestion avec six espèces de figues sauvages africaines. Ces figues étaient riches en graisses, en protéines, en parois cellulaires, en lignine, et leur rapport Ca/P était élevé; elles avaient un contenu faible en sucre et en amidon, et beaucoup de tanins impossibles à extraire, liés aux fibres, comparés à de nombreux autres fruits. Les tanins liés aux fibres et les protéines faisaient que la digestibilité des protéines et l’équilibre azotéétaient en permanence faibles ou négatifs. Le contenu en fibres élevé des figues ne permettait aux céphalophes de digérer que 30 à 60% de l’énergie contenue dans les figues. Cependant, pendant les quatre jours du test, les céphalophes ont pu consommer suffisamment d’énergie digestible pour conserver leur masse corporelle. C’est pourquoi le système digestif des ruminants est bénéfique pour les mammifères qui consomment des fruits tropicaux riches en fibres et en tanins, comme les figues, spécialement si le mammifère est assez petit pour pouvoir en trouver une quantité suffisante pour répondre à ses besoins quotidiens en énergie, et qu’il possède des adaptations qui lui permettent de réduire les effets des tanins sur la digestibilité des protéines.