High temporal variation in the assemblage of Lepidopteran larvae on a constant resource

Authors


*E-mail: skippari@cc.joensuu.fi

Abstract

We studied variation in the assemblage of lepidopteran larvae between individual trees, and temporal variation in the diversity and species composition of the assemblage in a medium-altitude rainforest in Kibale National Park, Uganda. Monthly samples of lepidopteran larvae were collected from the leaves of Neoboutonia macrocalyx Pax. between January 1995 and December 1996. During this period, a total of 1961 specimens representing 76 lepidopteran morphospecies were found. The numbers of individuals within species varied enormously, ranging from one to 707 individuals. Assemblages of individual trees were highly similar and dominated by geometrid larvae. Temporal variation in herbivore abundance was high. The number of individuals peaked during the major rainy season in 1995 but not in 1996 and was not correlated significantly with rainfall within these 2 years. In contrast, a negative correlation was found between lepidopteran diversity and rainfall that seems to cause a semi-annual trend in diversity with one or two peaks per year. Furthermore, there was seasonality in the similarity of the assemblage. Consequently, the same species were found in the assemblage during certain times of the year. Our study shows that short-term biodiversity assessments can give a skewed picture of the diversity of tropical forests.

Résumé

Nous avons étudié la variation de l’assemblage de larves de lépidoptères entre différents arbres, et la variation temporelle de la diversité et de la composition des espèces de l’assemblage dans une forêt pluviale de moyenne altitude du Parc National de Kibale, en Ouganda. Des échantillons de larves de lépidoptères furent récoltés tous les mois sur les feuilles de Neoboutonia macrocalyx Pax entre janvier 1995 et décembre 1996. Pendant cette période, nous avons trouvé un total de 1961 spécimens représentant 76 morphoespèces de Lépidoptères. Le nombre d’individus variait énormément selon les espèces, allant de un à 707 individus. Les assemblages des arbres pris individuellement étaient très comparables et dominés par les larves de géométrides. La variation temporelle de l’abondance des herbivores était importante. Le nombre d’individus a culminé lors de la principale saison des pluies de 1995, mais pas en 1996, et il n’y avait pas de corrélation significative avec les chutes de pluies ces deux années-là. Par contre, nous avons trouvé une corrélation négative entre la diversité des lépidoptères et les chutes de pluies qui semblent causer une tendance semi-annuelle de la diversité, avec un ou deux pics par an. De plus, il y avait une saisonnalité dans la similitude des assemblages. Par conséquent, la même espèce se trouvait dans les assemblages à certaines périodes de l’année. Notre étude montre que les évaluations de courte durée de la biodiversité peuvent donner une image faussée de la diversité des forêts tropicales.

Ancillary