Using the extended quarter degree grid cell system to unify mapping and sharing of biodiversity data

Authors


*E-mail: ragnvald@ntnu.no

Abstract

Information on the distribution of animal populations is essential for conservation planning and management. Unfortunately, shared coordinate-level data may have the potential to compromise sensitive species and generalized data are often shared instead to facilitate knowledge discovery and communication regarding species distributions. Sharing of generalized data is, unfortunately, often ad hoc and lacks scalable conventions that permit consistent sharing at larger scales and varying resolutions. One common convention in African applications is the Quarter Degree Grid Cells (QDGC) system. However, the current standard does not support unique references across the Equator and Prime Meridian. We present a method for extending QDGC nomenclature to support unique references at a continental scale for Africa. The extended QDGC provides an instrument for sharing generalized biodiversity data where laws, regulations or other formal considerations prevent or prohibit distribution of coordinate-level information. We recommend how the extended QDGC may be used as a standard, scalable solution for exchange of biodiversity information through development of tools for the conversion and presentation of multi-scale data at a variety of resolutions. In doing so, the extended QDGC represents an important alternative to existing approaches for generalized mapping and can help planners and researchers address conservation issues more efficiently.

Résumé

L’information sur la distribution des populations animales est essentielle pour la planification de la conservation et la gestion. Malheureusement, les données partagées au niveau des coordonnées risquent de compromettre les espèces sensibles, et les données généralisées sont souvent partagées pour faciliter la découverte et la communication des connaissances concernant la distribution des espèces. Le partage de données généralisées est, malheureusement, souvent opportuniste et manque de conventions mesurables qui permettraient le partage cohérent sur une plus grande échelle et à des résolutions variées. Une convention commune pour des applications africaines est le système de Quarter Degree Grid Cells (QDGC). Cependant, la norme actuelle ne supporte pas l’emploi des références uniques à travers l’Equateur et le premier méridien. Nous présentons une méthode pour étendre la nomenclature QDGC pour soutenir l’adoption de références uniques à l’échelle du continent, en Afrique. Le QDGC étendu fournit un instrument pour partager les données généralisées sur la biodiversité là où les lois, les réglementations et les autres considérations formelles empêchent ou interdisent la distribution de l’information au niveau coordonné. Nous disons dans quelle mesure le QDGC étendu peut être utilisé comme norme, une solution mesurable pour l’échange d’informations sur la biodiversité grâce au développement d’instruments pour la conversion et la présentation de données àéchelle multiple à des résolutions diverses. Ce faisant, le QDGC étendu représente une alternative importante aux approches existantes pour la cartographie généralisée et il peut aider les planificateurs et les chercheurs à traiter les problèmes de conservation plus efficacement.

Ancillary