SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • conservation;
  • oribi;
  • Ourebia ourebi;
  • reintroduction;
  • translocation

Abstract

In South Africa, the oribi, Ourebia ourebi is an endangered small antelope that requires conservation management and intervention to prevent their extinction. Use of translocation for the conservation of subpopulations facing local extinction in the wild has been proposed. In this study, fifteen oribi from threatened populations were captured and released (November 2004) on a private game reserve in KwaZulu-Natal, South Africa. Radio telemetry was used to monitor the dispersal and survival of translocated oribi. Only one death occurred during that period. All other released oribi survived, and most remained in close proximity of the release site for more than a year postrelease. Reproduction also occurred. This suggests that, translocation could be a viable option for conserving wild populations of oribi, assuming that other factors, such as availability of suitable grassland habitat and that poaching has been curtailed, are met.

Résumé

En Afrique du Sud, l’oribi Ourebia ourebi est une petite antilope en danger qui requiert une gestion de la conservation et une intervention pour empêcher son extinction. On a proposé le recours à la translocation pour conserver les sous-populations confrontées à une extinction locale dans la nature. Dans le cadre de cette étude, 15 oribis de populations menacées ont été capturés pour être relâchés, en novembre 2004, dans une réserve de faune privée au KwaZulu-Natal, en Afrique du Sud. La radio-télémétrie a été utilisée pour suivre la dispersion et la survie des oribis déplacés. Il n’y eut qu’un mort pendant cette période. Tous les autres oribis relâchés ont survécu, et la plupart sont restés à proximité du site de lâcher pendant plus d’un an. Il y eut aussi des reproductions. Ceci suggère que la translocation peut être une option viable pour la préservation de populations sauvages d’oribis, pour autant que d’autres facteurs soient présents, comme la disponibilité d’habitats de prairies favorables, et que le braconnage soit sous contrôle.