Elephants caught in the middle: impacts of war, fences and people on elephant distribution and abundance in the Caprivi Strip, Namibia

Authors

  • Michael J. Chase,

    Corresponding author
    1. Conservation International, Private Bag 132, Maun, Botswana
    2. Elephants Without Borders, PO Box 682, Kasane, Botswana
    Search for more papers by this author
  • Curtice R. Griffin

    1. Elephants Without Borders, PO Box 682, Kasane, Botswana
    2. Department of Natural Resources Conservation, University of Massachusetts-Amherst, 160 Holdsworth Way, Amherst, MA 01003, U.S.A.
    Search for more papers by this author

*E-mail: er@info.bw

Abstract

We conducted wet [26 March–4 April 2003 (Apr03)] and dry [1–8 November 2005 (Nov05)] season aerial surveys of African elephants (Loxodonta africana Blumenbach) in the Caprivi Strip, Namibia to provide an updated status report on elephant numbers and distribution and assist with a historical analysis of elephant distribution and abundance in the Caprivi Strip. During the wet season when water was available in seasonal pans, elephants were widely distributed throughout the survey area. In contrast, during the dry season, a majority of elephant herds occurred within 30 km of the perennial Kwando, Linyanti and Okavango rivers and few herds occurred within the West Caprivi Game Reserve where water in the seasonal pans was limited. We estimated 5318 elephants for the 7731-km2 survey area (0.71 elephants km−2) for the Apr03 wet season survey and 6474 elephants for the 8597-km2 survey area (0.75 elephants km−2) for the Nov05 dry season survey. Based on our aerial surveys and reports of elephant numbers and distribution from historical aerial surveys and telemetry studies, civil war, veterinary fences and human activities appear to have effected changes in African elephant abundance, distribution and movements in the Caprivi Strip, Namibia since 1988 when the first comprehensive aerial surveys were conducted.

Résumé

En saison des pluies (avril 2003) et en saison sèche (novembre 2005), nous avons réalisé des contrôles aériens des éléphants africains (Loxodonta africana Blumenbach) dans la Bande de Caprivi, en Namibie, pour pouvoir fournir un rapport actualisé sur le statut du nombre et de la distribution des éléphants, et aider une analyse de longue durée de la distribution et de l’abondance des éléphants dans la Bande de Caprivi. Pendant la saison des pluies, lorsque l’eau était disponible dans les « pans » saisonniers, les éléphants étaient largement distribués dans toute la zone étudiée. Par contre, en saison sèche, la grande majorité des troupeaux d’éléphants se trouvaient dans les 30 km des rivières permanentes Kwando, Linyanti et Okavango, et peu de troupeaux se trouvaient dans la West Caprivi Game Reserve, où l’eau était limitée dans les pans saisonniers. Nous avons estimé le nombre d’éléphants à 5 318 dans les 7 731 km² de la zone étudiée (0,71 éléphant km²) pour l’étude faite en saison des pluies d’avril 2003, et à 6 474 éléphants dans les 8 597 km²étudiés (0,75 éléphant km²) pendant la saison sèche de novembre 2005. En se basant sur nos contrôles aériens et sur des rapports concernant le nombre et la distribution des éléphants provenant de contrôles aériens et d’études télémétriques anciens, il s’avère que la guerre civile, les barrières vétérinaires et les activités humaines ont provoqué des changements de l’abondance, de la distribution et des déplacements des éléphants dans la Bande de Caprivi depuis 1988, date où les premiers contrôles aériens complets ont été effectués.

Ancillary