Duiker demography and dispersal under hunting in Northern Congo

Authors


*E-mail: mmockrin@gmail.com
Miranda H. Mockrin, Research and Development, USDA Forest Service, 1400 Independence Ave SW MC1113, Washington DC 20250, U.S.A

Abstract

Duikers are the most heavily hunted species across forested Central and West Africa. Although these species form a vital food resource for people, little is known about their ecology and demography. The information available to date was collected from populations protected from hunting. However, hunting can profoundly alter demography and behaviour, such as dispersal, which in turn determine the sustainability of harvest. To address this research gap, I used radiotelemetry to examine duiker demography under hunting in Congo-Brazzaville. Among blue duikers (Philantoba monticola, n = 17) I found annual survival rates (0.94), immature dispersal rates (0.25), and average home ranges (5.5 ha) that largely coincided with previous research from unhunted regions. Neighbouring animals all showed some home range overlap, in contrast to previous studies which found blue duikers to be strictly territorial. Although limited by sample size, immature animals’ dispersal distances were relatively high (1.5 km, n = 2). Animals’ dispersal rates do not appear to be greatly increased by hunting pressure, although source-sink theory depends upon high rates of dispersal to maintain the elevated and localized hunting offtakes observed around settlements. Building a fuller understanding of duiker demography under hunting, including dispersal, will be essential for conservation and management efforts.

Résumé

Les céphalophes sont les espèces les plus chassées dans les forêts d’Afrique centrale et de l’Ouest. Bien que ces espèces constituent une source de nourriture vitale pour les populations, on sait peu de choses de leur écologie et de leur démographie. Les informations disponibles à ce jour ont été récoltées chez des populations protégées contre la chasse, or la chasse peut modifier considérablement la démographie et le comportement, comme la dispersion, qui à leur tour déterminent la durabilité de la chasse. Pour combler ce manque de données, j’ai eu recours à la radio-télémétrie pour étudier la démographie des céphalophes soumis à la pression de la chasse au Congo Brazzaville. Chez les céphalophes bleus (P. monticola, n = 17), j’ai trouvé un taux de survie annuel (0.94), un taux de dispersion des immatures (0.25) et un domaine vital moyen (5.5 ha) qui coïncidaient en grande partie avec des études antérieures portant sur des régions sans chasse. Les animaux voisins présentaient tous un certain degré de recouvrement des domaines vitaux, contrairement aux études précédentes qui avaient trouvé que les céphalophes bleus étaient strictement territoriaux. Bien que la taille de l’échantillon soit limitée, les distances de dispersion des animaux immatures étaient relativement grandes (1.5 km, n = 2). Le taux de dispersion des animaux ne semble pas être fort accru par la pression de la chasse bien que la théorie source-sink dépende de taux de dispersion élevés pour pouvoir maintenir les prélèvements locaux importants constatés autour des installations. Il sera essentiel d’arriver à une compréhension plus complète de la démographie des céphalophes soumis à la chasse, y compris de leur dispersion, pour orienter les efforts de conservation et de gestion.

Ancillary