Impact of habitat disturbance in the wetland forests of East Usambara, Tanzania

Authors

  • Ramadhani Senzota,

    Corresponding author
    1. Department of Zoology and Wildlife Conservation, University of Dar es Salaam, PO Box 35064, Dar es Salaam, Tanzania
      Correspondence: E-mail: senzota@udsm.ac.tz
    Search for more papers by this author
  • Frank Mbago

    1. Department of Botany, University of Dar es Salaam, PO Box 35060, Dar es Salaam, Tanzania
    Search for more papers by this author

Correspondence: E-mail: senzota@udsm.ac.tz

Abstract

We evaluated habitat characteristics of East Usambara wetland forests. The abundance and species composition in the tree, shrub and herbaceous layers were enumerated in two sets of nested plots, one set in a natural wetland forest and the second in a wetland forest that had been disturbed by small-scale gold mining activities. Each set had thirty-six 1 m × 1 m plots for herbs, inside nine 5 m × 5 m plots for shrubs, in three 20 m × 20 m plots for trees. The habitat profile of herbaceous – shrub – tree layers was found to be sharply different from one obtained in previous studies at the surrounding nonwetland forests as were species composition and abundance. Unlike in the nonwetland forests, the herbaceous layer was thick, the shrub layer very thin and the woody species density and richness much lower. Disturbance significantly reduced woody cover and changed species composition in the herbaceous layer. Recovery of the woody vegetation was low. Wetland forests in the East Usambaras form a small fraction of the total area, but they are a unique biodiversity repository, they appear to be an important carbon dioxide sink and to reserve and purify water. They are sensitive to disturbance and need protection.

Résumé

Nous avons évalué les caractéristiques de l’habitat des forêts humides d’East Usambara. L’abondance et la composition des espèces dans les étages d’arbres, d’arbustes et d’herbes furent dénombrées dans deux ensembles de parcelles emboitées, un situé dans une forêt humide naturelle, l’autre dans une forêt humide qui avait été perturbée par les activités d’orpaillage à petite échelle. Chaque ensemble se composait de 36 carrés de 1 m² pour les herbes, situés dans neuf carrés de 5 m × 5 m pour les buissons, eux-mêmes situés à l’intérieur de trois carrés de 20 m × 20 m pour les arbres. Le profil des habitats pour les trois couches d’herbes – d’arbustes – d’arbres s’est révélé très différent de celui qui avait été obtenu lors d’études précédentes réalisées dans des forêts environnantes non humides; il en était de même pour la composition et l’abondance des espèces. Contrairement aux forêts non humides, la couche herbeuse était épaisse, la couche des arbustes très claire et la densité et la richesse des espèces ligneuses étaient beaucoup plus faibles. La perturbation avait significativement réduit le couvert ligneux et changé la composition des espèces de l’étage herbacé. La restauration de la végétation ligneuse était faible. Les forêts humides des East Usambara ne constituent qu’une petite fraction de la superficie totale, mais elles sont un sanctuaire unique pour sa biodiversité, elles semblent être un puits de carbone important et aussi retenir et purifier l’eau. Elles sont sensibles à toute perturbation et doivent être protégées.

Ancillary