SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Araneae;
  • habitat;
  • Mkomazi;
  • Ndumo;
  • similarity;
  • species

Abstract

The spider faunas of two savannah reserves along the eastern coastal plain of Africa are compared. Species richness was higher in the tropical area, with 493 species (54 families) from Mkomazi Game Reserve, Tanzania. Species richness was also high in the subtropics, with a total of 431 species (46 families) recorded from Ndumo Game Reserve, South Africa. Spider community structure was remarkably similar in the two reserves, with Salticidae, Gnaphosidae, Thomisidae, Theridiidae and Araneidae the most species-rich families in both reserves. Eleven of the fourteen most species rich families were the same. A similar proportion of families were represented by singleton and doubleton species. A genus- and species-level comparison of ten spider families indicates that while there is considerable overlap in the generic composition of the reserves (Sorensen’s Quotient of similarity: all >0.650 except Linyphiidae, 0.166; Corinnidae, 0.500) there is little overlap between the species occurring in the two sites (0.000–0.571), which was particularly evident in the more species-rich families. A comparison of diversity of 57 families in each reserve with the spider biodiversity in the two sub-regions suggests that local biodiversity is largely determined by regional biogeographical influences rather than local ecological factors.

Résumé

On compare ici les araignées de deux réserves de savane situées le long de la plaine côtière de l’est de l’Afrique. La richesse en espèces était plus grande dans la région tropicale, avec 493 espèces (54 familles) dénombrées dans la Mkomazi Game Reserve, en Tanzanie. La richesse en espèces était aussi élevée dans la région subtropicale, avec un total de 431 espèces (46 familles) rapportées dans la Ndumo Game Reserve, en Afrique du Sud. La structure de la communauté des araignées était remarquablement semblable dans les deux réserves, et les Salticidae, Gnaphosidae, Thomisidae, Theridiidae et les Araneidae étaient aux deux endroits les familles les plus riches en espèces. Onze des quatorze familles les plus riches en espèces étaient les mêmes. Une proportion semblable de familles n’étaient représentées que par des espèces singletons ou doubletons. Une comparaison de dix familles d’araignées au niveau du genre ou de l’espèce indique que, s’il existe un important chevauchement de la composition générique des deux réserves (quotient de similitude de Sorensen : tous > 0,650 à l’exception des Linyphiidae, 0,166, et des Corinnidae, 0,500), il y a peu de chevauchement entre les espèces qui vivent dans les deux sites (0,000–0,571), ce qui était particulièrement évident dans les familles les plus riches en espèces. Une comparaison de la diversité de 57 familles dans chaque réserve avec la biodiversité des araignées des deux sous-régions suggère que la biodiversité locale était largement déterminée par des influences biogéographiques régionales plutôt que par des facteurs écologiques locaux.