SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Araneae;
  • assemblage;
  • guild;
  • impact;
  • woodland

Abstract

Elephant impacts on spider assemblages, and the potential use of spiders as indicators of habitat changes was assessed in central Maputaland, South Africa. Three habitats, namely undisturbed sand forest, elephant disturbed sand forest and mixed woodland, were sampled. To ensure a thorough representation of all spider guilds, spiders were collected by tree beating, sweep netting, active searching, leaf litter sifting and pitfall traps. In total, 2808 individual spiders, representing 36 families, 144 determined genera and 251 species were collected. Spider abundance was highest in the undisturbed sand forest (= 1129, = 179), followed by elephant disturbed sand forest (= 1006, = 165) and mixed woodland (= 673, = 171). Assemblages of the two sand forests were more similar than to the mixed woodland assemblage. Active hunting species were indicators of the more open vegetation of elephant disturbed sand forest (six active hunters, no web-builders) and mixed woodland (ten active hunters, one web-builder), whereas web-builders are indicators of the dense, complex vegetation structure of undisturbed sand forest (six web-builders, three active hunters). Elephant-induced changes to the vegetation structure in this high diversity, high endemism region result in changes in the composition of spider assemblages, and may need to be mitigated by management intervention.

Résumé

L’impact des éléphants sur les assemblages d’araignées, et l’utilisation éventuelle des araignées comme indicateurs de changements des habitats, ont étéévalués dans le centre du Maputaland, en Afrique du Sud. Trois habitats ont étééchantillonnés, à savoir la forêt sableuse intacte, la forêt sableuse perturbée par des éléphants et la forêt mixte. Pour garantir une représentation complète de toutes les guildes d’araignées, on a récolté des araignées en frappant sur les arbres, en agitant des filets, en pratiquant une recherche active, en tamisant la litière de feuilles, et avec des pièges. Au total, on a récolté 2 808 araignées; représentant 36 familles, 144 genres déterminés et 251 espèces. L’abondance d’araignées était la plus grande dans la forêt sableuse non perturbée (n = 1129, S = 179), suivie par la forêt sableuse perturbée par les éléphants (n = 1006, S = 165), puis par la forêt mixte (n = 673, S = 171). Les assemblages des deux forêts sableuses étaient plus semblables entre eux qu’avec celui de la forêt mixte. Les espèces d’araignées qui chassent activement étaient des indicateurs de la végétation plus ouverte de la forêt perturbée par les éléphants (six chasseurs actifs, aucun constructeur de toile) et de la forêt mixte (dix chasseurs actifs, un constructeur de toile), alors que les constructeurs de toile étaient des indicateurs de la structure dense et complexe de la végétation de la forêt sableuse intacte (six constructeurs de toile, trois chasseurs actifs). Les éléphants induisaient des changements dans la structure de la végétation de cette région à la diversitéélevée et d’un fort endémisme, ce qui entraînait des modifications de la composition des assemblages d’araignées. Cela pourrait devoir être atténué par une intervention de la gestion.