Get access

Land use changes and conservation threats in the eastern Selous–Niassa wildlife corridor, Nachingwea, Tanzania

Authors


E-mail: ntongani26@yahoo.com

Abstract

Selous–Niassa miombo woodland ecosystem has been and continues to face conservation threats. Understanding of changes happening in such ecosystem overtime is important for establishing management baseline data. This study identified land use changes, socio-economic factors and conservation threats to the Selous–Niassa wildlife corridor across Nachingwea district, Tanzania. Landsat images of 1978, 1993 and 2000 were used to assess land use changes. Household survey was conducted to obtain socio-economic data; logistic regression model was used to analyse the data. In 15 years (1978–1993) cultivated land only increased by 131% while forestlands decreased by 8.7%. In 12 years (1993–2005) cultivated land increased by 65.6% while forestland decreased by 10.7%. Land cover change per year has been found 0.54% relatively low compared to national land cover change of 45%per year. Land tenure, shifting cultivation and crops prices were major factors influencing land use changes while wildfires, farm encroachment and illegal timber harvesting were major conservation threats. Basing on the results, it was recommended that there is a need for a government to introduce community-based natural resource management plans to improve natural resource utilization and reduce human stress to the corridor.

Résumé

La conservation de l’écosystème forestier à miombo de Selous-Niassa est menacée depuis longtemps. Il est important de comprendre les changements que subit cet écosystème avec le temps pour établir des données de base pour sa gestion. Cette étude identifie des changements d’utilisation des sols, des facteurs socioéconomiques et des risques qui menacent la conservation du corridor pour la faune sauvage de Selous-Niassa, dans le district de Nachingwea, en Tanzanie. Des images Landsat de 1978, 1993 et 2000 ont été utilisées pour évaluer les changements d’utilisation des terres. On a réalisé une étude dans les foyers pour obtenir des données socioéconomiques et on a utilisé un modèle de régression logistique pour analyser les données. En quinze ans (1978-1993), les terres cultivées seules se sont étendues de 131% alors que les forêts perdaient 8,7%. En 12 ans (1993-2005), les terres cultivées ont gagné 65,6% alors que les forêts étaient réduites de 10,7%. On a découvert que le changement de couverture végétale était de 0,54% par an, relativement faible par rapport au changement national de couverture végétale qui est de 45% par an. Le droit foncier, l’agriculture itinérante et le prix des denrées récoltées étaient les facteurs qui influençaient le plus les changements d’utilisation des sols alors que les feux sauvages, l’empiètement des fermes et les coupes illégales de grumes étaient les principales menaces pour la conservation. En se fondant sur ces résultats, on a recommandé que le gouvernement introduise des plans communautaires de gestion des ressources naturelles afin d’améliorer l’utilisation des ressources naturelles et de réduire le stress humain exercé sur le corridor.

Ancillary