SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Madagascar;
  • mass-marking;
  • plague;
  • Rattus rattus;
  • Rhodamine B

Abstract

The black rat is the main plague reservoir in rural foci in Madagascar, inside the villages as well as in the cultivated areas around. We have evaluated the potentialities of mass-marking of rats, using baits containing Rhodamine B (RB) in order to get a tool to study the movements of rats and to understand the spread of plague. Laboratory experiments demonstrated that: (i) rats were more attracted by the rodent granules and peanut butter; (ii) incorporation of RB in baits did not reduce their appetence; (iii) RB lasted for 60 days in rat vibrissae and 180 days in rat hairs; and (iv) consumption of baits during a week was under the lethal dose. Field tests have been realized comparatively among 24 highland villages where plague is endemic, in different contexts: baits inside houses or around the village, baits with and without RB, rats captured 1, 2 and 3 months after the marking. No negative effect of the RB on population dynamics of rats or fleas on them was observed. The effectiveness of the marking was comparable between males and females. This technique of collective marking appears very valuable for monitoring rat movements in plague foci.

Résumé

Le rat noir est le principal réservoir de la peste dans les foyers ruraux de Madagascar, dans les villages comme dans les zones cultivées environnantes. Nous avons évalué les potentialités de marquage en masse de rats avec des appâts contenant de la Rhodamine B (RB) afin de disposer d’un outil pour étudier les déplacements des rats et de comprendre la dispersion de la peste. Les expériences en laboratoire ont montré que : (i) les rats étaient plus attirés par les granulés pour rongeurs et le beurre de cacahuète; (ii) l’adjonction de RB dans les appâts ne réduisait pas leur appétence; (iii) la RB persistait pendant 60 jours dans les vibrisses des rats, et 180 jours dans leurs poils; et (iv) la consommation des appâts pendant une semaine restait en dessous de la dose létale. Des tests sur le terrain dans 24 villages des hauts plateaux où la peste est endémique étaient réalisés dans différents contextes: appâts dans les maisons et autour des villages, appâts avec ou sans RB, rats capturés un, deux ou trois mois après le marquage. Aucun effet négatif de la RB sur la dynamique de population des rats ou des puces qui les parasitent n’a été observé. L’efficacité du marquage était comparable chez les mâles et les femelles. Cette technique de marquage collectif apparaît très intéressante pour suivre les déplacements des rats dans les foyers de peste.