SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • conservation;
  • flight speed;
  • habitat management;
  • habitat requirements;
  • home-range

Abstract

This study investigated the utilization of mist-belt grassland habitat by the threatened blue swallow and was conducted over three successive breeding seasons in the Blue Swallow Natural Heritage Site at Kaapsehoop, Mpumalanga, South Africa. Blue swallows significantly preferred wetlands over grasslands for foraging. Sufficient foraging habitat must be within a 1.5 km radius from an active nest site. The minimum size of a pair of blue swallows home range should be 333 ha, consisting at a minimum of grasslands (243 ha or 73%) and wetlands (90 ha or 27%). In order to conserve this threatened species, habitat transformation should not take place within a minimum radius of 1.5 km of any blue swallow nest. Due to the critical dependence of the blue swallow on wetland habitat for foraging, any development outside the 1.5 km radius that would affect hydrology and water quality within this range would need to be considered, and any adverse effect mitigated. Rehabilitation of areas to a grassland/wetland mosaic would rather quickly support foraging, and eventually breeding. Although a better understanding of the dynamics between wetlands and adjacent grasslands regarding blue swallow habitat requirements is needed, action can already be taken, based on our results.

Résumé

Cette étude a examiné l’utilisation de l’habitat de prairie mist-belt par l’hirondelle bleue qui est une espèce menacée et elle s’est poursuivie pendant trois saisons de reproduction successives dans le Site du Patrimoine naturel de l’Hirondelle bleue, à Kaapsehoop, Mpumalanga, en Afrique du Sud. Les hirondelles bleues préféraient de façon significative les zones humides aux prairies pour se nourrir. Il faut qu’il y ait un habitat suffisant pour se nourrir dans un rayon d’1,5 km autour d’un site de nidification actif. La taille minimale pour le domaine vital d’un couple d’hirondelle bleue serait de 333 ha, composé au minimum de prairies (243 ha soit 73%) et de zones humides (90 ha ou 27%). Afin de conserver cette espèce menacée, il faudrait qu’il n’y ait aucune transformation de l’habitat dans un rayon d’au moins 1,5 km de tout nid d’hirondelle bleue. Étant donné que l’hirondelle bleue dépend de façon critique d’une zone humide pour se nourrir, tout développement prenant place à l’extérieur d’un rayon de 1,5 km et qui affecterait l’hydrologie et la qualité de l’eau dans le domaine vital devrait être reconsidéré, et tout effet négatif devrait être atténué. La réhabilitation de zones de mosaïque prairie/zone humide favoriserait assez vite le nourrissage et, peut-être, la reproduction. Bien qu’il soit nécessaire de mieux comprendre la dynamique entre zones humides et prairies adjacentes en ce qui concerne les exigences de l’hirondelle bleue en matière d’habitat, on peut déjà prendre des mesures en se basant sur nos résultats.