Livestock predation in the Bale Mountains, Ethiopia

Authors


E-mail: anagawa@yahoo.com

Abstract

In the Web Valley of the Bale Mountains National Park, the pastoral people suffer from livestock predation by wild carnivores. A total of 704 livestock were reported to be killed by wild carnivores over a 3-year period, causing a loss of potential revenue of 12 USD per year per household. Reported annual predation rates equated to 1.4% of the livestock population of the study area. Spotted hyaenas were responsible for most livestock predation (57%), followed by leopards (18%), common jackals (16%) and servals (9%). Hyaenas killed all livestock types (horses, donkeys, mules, cattle, goats and sheep) whilst leopards, common jackals and servals killed mostly goats and sheep. A survey of 362 households revealed that the pastoral people keep dogs to protect livestock from carnivores. During 250 nights of observation in the ten settlements, pastoralists were alerted to the presence of hyaenas on 80 occasions by the barking of their dogs. Such tradition of keeping dogs presents a threat to the persistence of the endangered Ethiopian wolf through diseases transmission. Given the frequency of carnivore attacks on livestock, it is desirable to develop alternative livestock protection methods that both minimize livestock losses and reduce the risk of disease transmission to Ethiopian wolves.

Resume

Dans la Vallée de Web du Parc National des Bale Mountains, la population pastorale souffre de la prédation exercée sur le bétail par les carnivores sauvages. Sur une période de trois ans, un total de 704 têtes de bétail ont été tuées par des carnivores sauvages, causant une perte de revenus potentielle équivalant à 12USD par an par ménage. Le taux de prédation enregistré chaque année représentait 1.4% de la population d’animaux domestiques de la zone étudiée. Les hyènes tachetées étaient responsables de la majorité des actes de prédation (57%), suivies par les léopards (18%), les chacals communs (16%) et les servals (9%). Les hyènes tuaient tous les types de bétail (chevaux, ânes, mules, vaches, chèvres et moutons), alors que les léopards, les chacals communs et les servals tuaient principalement des chèvres et des moutons. Une étude portant sur 362 ménages a révélé que ces populations possédaient des chiens pour protéger le bétail contre les carnivores. Au cours des 250 nuits d’observation dans dix villages, les pasteurs ont été prévenus de la présence d’hyènes à 80 reprises par l’aboiement de leurs chiens. Cette tradition qui consiste à posséder des chiens constitue une menace pour la survie du loup d’Ethiopie à cause du risque de transmission de maladies. Étant donné la fréquence des attaques de carnivores sur le bétail, il est souhaitable de mettre au point des méthodes alternatives pour protéger le bétail, qui minimiseraient les pertes de bétail tout en réduisant le risque de transmission de maladies aux loups d’Ethiopie.

Ancillary