SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • diversity indices;
  • oxygen saturation;
  • phytoplankton

Abstract

A study aimed at investigating the temporal variation of phytoplankton assemblages in Lake Nyamusingiri was carried out during the period of December 1997–May 1998. Uganda’s freshwaters are ecologically diverse but a few are intensively studied. Research on phytoplankton has been restricted to large water bodies. There is little information on phytoplankton of the western Uganda crater lakes, which are important water and biodiversity resources. This study provided baseline data on phytoplankton, which will serve as a basis for monitoring the effects of human activities on the lake that might result in ecological transformations like loss of biodiversity because of overexploitation. A laboratory thermometer and Winker’s method were used to determine temperature and dissolved oxygen concentration, respectively. Lake transparency was measured by using the Secchi disc. A Van Dorn sampler was used to collect water samples. Nutrient and chlorophyll a concentrations were determined by using facilities at the Fisheries Resources Research Institute (FIRRI), Jinja. The Sedgwick-Rafter counting chamber was used to analyse phytoplankton. Variation in temperature was small (25.4–26.2°C). Stable thermal stratification was not evident. The Secchi disc transparency was less than unity. The chlorophyll a value was high. Biomass was found to be light-limited by nonalgal materials. Dissolved oxygen concentration was more than 100% in the surface waters but declined to <20% at the bottom, which reflected the eutrophic nature of the lake. Diversity indices were low. Eighteen species and five classes of phytoplankton were revealed by this study. The phytoplankton flora was dominated by chlorococcal green algae characteristic of the large eutrophic East African lakes.

Résumé

Une étude destinée à investiguer la variation temporelle des assemblages de phytoplancton dans le lac Nyamusingiri a été réalisée entre décembre 1997 et mai 1998. Les eaux douces ougandaises sont variées au point de vue écologique, mais peu sont étudiées en profondeur. La recherche sur le phytoplancton s’est limitée aux grandes étendues d’eau. On dispose de peu d’informations sur le phytoplancton des lacs de cratère de l’ouest de l’Ouganda, qui sont d’importantes ressources en eau et en biodiversité. Cette étude fournit des données de base sur le phytoplancton, qui serviront de référence pour suivre les effets des activités humaines sur le lac, qui pourraient entraîner des transformations écologiques telles qu’une perte de biodiversité due à la surexploitation. Nous avons utilisé un thermomètre de laboratoire et la méthode de Winker pour déterminer respectivement la température et la concentration d’oxygène dissous. La transparence du lac fut mesurée au moyen d’un disque de Secchi. Nous avons utilisé une bouteille de Van Dorn pour prélever des échantillons d’eau. Nous avons déterminé les concentrations de nutriments et de chlorophylle a en utilisant les installations du Fisheries Resources Research Institute (FIRRI), à Jinja. Une cuve de comptage de Sedgwick-Rafter fut utilisée pour analyser le phytoplancton. Les variations de température étaient faibles (25.4–26.2°C). La stratification thermique stable n’était pas évidente. La transparence du disque de Secchi était de moins de un. La valeur de la chlorophylle aétait élevée. On a découvert que la biomasse était limitée parce que la lumière était filtrée par des matériaux autres que des algues. La concentration d’oxygène dissous était supérieure à 100% dans les eaux de surface, mais diminuait jusqu’à moins de 20% au fond, ce qui reflète la nature eutrophique du lac. Les indices de diversitéétaient bas. Cette étude a aussi révélé la présence de dix-huit espèces et cinq classes de phytoplancton. Celui-ci était dominé par des algues vertes chlorococcales caractéristiques des grands lacs eutrophiques de l’Est africain.