Impacts of selective logging on population structure and dynamics of a canopy tree (Olea capensis) in Kakamega forest

Authors


E-mail: Mugatsi2005@yahoo.com

Abstract

This study assessed the impacts of logging on the population structure and dynamics of Elgon teak (Olea capensis), a canopy dominant in Kakamega forest. The objective was to ascertain and determine the regeneration status of this tree species in view of its commercial value. A comparison was made between logged and unlogged sections at three sites in the forest. Pairwise comparisons of the differences in the population structure among three sites and the differences in the mean tree size revealed significant differences in all three study sites. Results also revealed a variation in stem density that was dependent on the block of forest under study. Results of the spatial contagion revealed that O. capensis had a varied clumped distribution in all the study sites. Clumping was highest in the Kisere forest. These results point to logging as the major factor that explains the differences in population structure and stem density in different parts of Kakamega forest. And while intermittent recruitment may explain clumped distribution, logging appears to explain the variation in the degree of clumping.

Résumé

Cette étude a évalué les impacts des coupes de bois sur la structure et la dynamique de la population d’un olivier sauvage Olea capensis, arbre dominant de la canopée dans la forêt de Kakamega. L’objectif était de vérifier et de déterminer le statut de régénération de cette espèce dans l’optique de sa valeur commerciale. Nous avons fait une comparaison entre des sections exploitées ou non de trois sites de la forêt. Des comparaisons par paires des différences de structure de la population entre les sites et les différences de la taille moyenne des arbres des trois sites étudiés ont révélé des différences significatives entre les trois sites. Des résultats ont aussi révélé une variation de la densité des troncs qui dépendait du bloc forestier étudié. Des résultats de la contagion spatiale ont révélé qu’O. capensis avait une distribution en bouquets différente dans tous les sites. Le regroupement était le plus élevé dans la forêt de Kisere. Ces résultats indiquent que l’exploitation forestière serait le facteur le plus important expliquant les différences de structure de population et de densité des troncs observées dans différentes parties de la forêt de Kakamega. Et si un recrutement intermittent peut expliquer la distribution en bouquets, les coupes de bois semblent expliquer la variation du taux de rassemblement en bouquets.

Ancillary