Primate and ungulate abundance in response to multi-use zoning and human extractive activities in a Central African Reserve

Authors


Correspondence: E-mail: remis@purdue.edu

Abstract

This study examines the abundance of key mammal species at the Dzanga-Sangha Reserve (RDS) in the Central African Republic with respect to conservation zoning and human activities in the reserve. RDS has been funded as an integrated conservation and development project since the mid-1980s. This study illustrates distinct wildlife responses to logging and hunting in RDS sectors that vary in protection and enforcement levels and the erosion of some critical animal communities across the RDS in the face of challenges of increasing human populations and flows of arms and ammunitions there. Our results show elephants (Loxodonta africana cyclotis) to be appreciably absent close to human settlements, and increasingly vulnerable to hunting in the more integrally protected sectors far from town. We have found that duikers (Cephalophus sp.) and western lowland gorillas (Gorilla g. gorilla) make use of recently logged areas but are vulnerable to hunting there. These species are now most abundant farthest from human settlements. Our results have implications for the formulation of adaptive management plans that would benefit from the inclusion of nuanced understandings of site-specific and species-specific responses to microhabitats and the particular kinds of human extractive activities and challenges in the region.

Résumé

Cette étude examine l’abondance d’espèces clés de mammifères dans la Réserve de Dzanga-Sangha (RDS), en République centrafricaine, en fonction du zonage de la conservation et des activités humaines dans la réserve. La RDS est financée comme un projet de conservation et de développement intégré (PCDI) depuis le milieu des années 1980. Cette étude illustre diverses réponses de la faune sauvage aux coupes d’arbres et à la chasse dans des secteurs de la RDS où le niveau de protection et de maintien de la loi varie, ainsi que l’érosion de certaines communautés animales critiques dans toute la RDS face aux défis que représentent l’augmentation des populations humaines et l’afflux d’armes et de munitions. Nos résultats montrent que l’éléphant (Loxodonta africana cyclotis) est significativement absent à proximité des installations humaines, et de plus en plus vulnérable à la chasse dans les secteurs mieux protégés loin des localités. Nous avons découvert que les céphalophes (Cephalophus sp.) et les gorilles des plaines de l’Ouest (Gorilla g. gorilla) fréquentent les zones fraîchement exploitées mais qu’ils y sont vulnérables à la chasse. Ces espèces sont désormais plus abondantes loin des installations humaines. Nos résultats ont des implications pour la conception de plans de gestion adaptative, qui auraient tout à gagner à inclure appréhension nuancée des réponses spécifiques des espèces et des sites aux conditions de microhabitats et aux types particuliers d’activités extractives humaines et de défis dans la région.

Ancillary