SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • amphibians;
  • habitat modification;
  • reptiles;
  • savannah

Abstract

In Africa, no other nonhuman animal fulfils the role of ecosystem engineers to the extent of the elephant. However, little is known about the relationship between elephant modified habitats and species composition of other animals. Our objective was to sample the herpetofauna within an Acacia habitat that varied in the degree of elephant impact. If elephant foraging was only modifying but not degrading or enriching the habitat, then herpetofauna species abundance and richness were predicted to be similar in elephant damaged and elephant excluded areas. We conducted this study at Endarakwai Ranch in northeastern Tanzania for 6 months in 2007 and 2008. We sampled herpetofaunal species richness and abundance within high, medium and low elephant damaged areas and in a plot that excluded elephants. Areas of heavy damage yielded higher species richness than the exclusion plot. Species diversity did not differ between the damaged areas and the exclusion plot. Frogs were more abundant in areas of high damage; in contrast, toads were found the least in high damage areas. The results support the notion that free ranging elephants influence herpetofaunal species distribution by creating habitat complexity through modifying the woodland area.

Résumé

En Afrique, à part l’homme, aucun animal ne joue le rôle d’ingénieur de l’écosystème autant que l’éléphant. Cependant, l’on sait peu de chose de la relation entre les habitats modifiés par l’éléphant et la composition des autres espèces animales. Notre objectif était d’échantillonner l’herpétofaune d’un habitat à acacias où le degré d’impact des éléphants était variable. Si l’éléphant, en se nourrissant, modifiait seulement l’habitat, sans le dégrader ni l’enrichir, il était prévu que l’abondance et la richesse des espèces de l’herpétofaune soient similaires à celles des zones endommagées ou désertées par les éléphants. Nous avons réalisé cette étude à l’Endarakwai Ranch, dans le nord-est de la Tanzanie, pendant six mois, en 2006 et 2007. Nous avons échantillonné la richesse et l’abondance, des espèces de l’herpétofaune dans des zones fortement, moyennement et peu endommagées par les éléphants et dans une parcelle d’où ils étaient exclus. Les zones fortement endommagées contenaient une plus grande richesse en espèces que la parcelle sans éléphant. La diversité des espèces ne variait pas entre les zones endommagées et la parcelle d’exclusion. Les grenouilles étaient plus abondantes dans les zones très abîmées alors que les crapauds étaient là le moins nombreux. Les résultats confortent l’idée que les éléphants en liberté influencent la distribution des espèces de l’herpétofaune parce qu’ils créent une diversité d’habitats en modifiant les zones boisées.