SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • ecological gradients;
  • habitat fragmentation;
  • Kgalagadi;
  • Kruger National Park;
  • migration;
  • predation limitation;
  • resource limitation;
  • seasonal resources

Abstract

Ungulate populations in African conservation areas (CAs) are in widespread decline, which can largely be attributed to a lack of functionality of the area encompassed by the CAs themselves. We present evidence from a wide range of African CAs showing that they do not encompass both the functional wet- and dry-season resources that ungulates traditionally migrated between. Before human populations and economic development had grown to levels where they interfered with migrations outside the CAs, ungulates were able to make use of their traditional seasonal resources but this is becoming increasingly difficult and we are now seeing the effects of this restriction of movement on ungulate population numbers. New innovative strategies are required for the conservation of African wildlife. An urgent Africa-wide survey is needed to establish past and present functional resources in and around CAs and to prioritize conservation regions that are most functional. In addition, innovative attempts need to be made to reconsolidate functional seasonal resources within revised expanded protected areas.

Résumé

Les populations d’ongulés dans les aires de conservation africaines (AC) sont largement en déclin, ce que l’on peut en grande partie attribuer au manque de fonctionnalité de la superficie englobée par les AC elles-mêmes. Nous présentons des preuves tirées d’une large gamme d’AC africaines qui montrent qu’elles ne comprennent pas l’ensemble des ressources fonctionnelles de saison des pluies et de saison sèche entre lesquelles les ongulés ont l’habitude de migrer. Avant que les populations humaines et le développement économique n’aient atteint des niveaux où ils interfèrent avec les migrations qui se font en dehors des AC, les ongulés étaient à même d’utiliser leurs ressources saisonnières traditionnelles, mais ceci est devenu de plus en plus difficile, et nous voyons désormais les effets de cette restriction des déplacements sur les chiffres des populations d’ongulés. Il est urgent de réaliser une étude à l’échelle du continent pour établir quelles sont les ressources fonctionnelles passées et présentes dans et autour des AC et pour prioriser les régions de conservation qui sont les plus fonctionnelles. De plus, il faut innover pour consolider les ressources fonctionnelles saisonnières au sein d’aires protégées révisées et élargies.