Get access

On the merits and feasibility of wildlife monitoring for conservation: a case study from Katavi National Park, Tanzania

Authors

  • Tim Caro

    Corresponding author
    1. Department of Wildlife, Fish and Conservation Biology, University of California, 1 Shields Avenue, Davis, CA 95616, U.S.A.
    2. Tanzania Wildlife Research Institute, PO Box 661, Arusha, Tanzania
    Search for more papers by this author

E-mail: tmcaro@ucdavis.edu

Abstract

Although long-term monitoring is viewed as an essential part of conserving wildlife populations, it is currently carried out in surprisingly few protected areas in Africa. Here, data from a 16-year vehicle transect monitoring programme in Katavi National Park, western Tanzania, are presented. These data provide information on large mammal densities, identify declines in populations of several large mammal species as based on encounter rates, support worrying trends observed in aerial census data and shed light on the effectiveness of recent changes in legal protection. Ground and aerial surveys confirmed that waterbuck, topi, warthog, lion and spotted hyaena populations are all in decline and that this should be a cause for concern. Counting animals by driving vehicle transects is relatively easy and inexpensive to carry out, and data here show that such counts have several pay-offs for conservation managers especially in identifying population declines; counts should be employed more often in East Africa and elsewhere.

Résumé

Alors que l’on considère qu’un suivi de longue durée est une part essentielle de la conservation de populations de faune sauvage, cela ne se fait que dans un nombre d’aires protégées étonnamment réduit. Nous présentons ici un programme d’une durée de 16 ans de suivi à partir d’un véhicule sur transect dans le Parc National de Katavi, dans l’ouest de la Tanzanie. Ces données présentent des informations sur la densité de grands mammifères, identifient des déclins de population de plusieurs espèces de grands mammifères basés sur des taux d’observations, étayent des tendances inquiétantes déjà observées dans des données résultant de recensements aériens, et mettent en lumière l’efficacité de récents changements de protection légale. Des études aériennes et au sol ont confirmé que les populations de waterbucks, de topis, de phacochères, de lions et d’hyènes tachetées sont toutes en diminution et que cette situation doit nous inquiéter. Compter les animaux à partir de véhicules le long de transects est relativement facile et peu coûteux, et ici, les données montrent que ces comptages ont plusieurs avantages pour les gestionnaires de la conservation, spécialement pout identifier des déclins de populations; des dénombrements devraient être employés plus souvent, en Afrique de l’Est et ailleurs.

Ancillary