SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • bird assemblage;
  • farm structure;
  • farmland;
  • Kakamega

Abstract

Although it is clear that the farmlands neighbouring fragmented forests are utilized by some forest birds, it is not clear how birds in general respond to farmland habitat mosaic. An effort was made to determine how bird density and foraging assemblages were influenced by farm structural characteristics and distance from forest edge. Thirty farms up to a distance of 12 km around Kakamega forest in western Kenya were studied. Farm structure entailed size, hedge volume, habitat heterogeneity, woody plant density, plant diversity and crop cover. Birds were surveyed using line transects and DISTANCE analyses and classified into six feeding guilds and three habitat associations. Size of farms increased away from the forest, as woody plant density, plant diversity, indigenous trees and subsistence crop cover declined. The most important farm structure variable was hedge volume, which enhanced bird species richness, richness of shrub-land bird species and insectivorous bird density (R = 0.58, P < 0.01). Bird density increased with tree density while indigenous trees were suitable for insectivores and nectarivores. There were very few forest bird encounters. Agricultural practices incorporating maintenance of hedges and sound selection of agroforestry trees can enhance conservation of birds on farmland, though, not significantly for forest species.

Résumé

Même s’il est certain que des exploitations agricoles voisines de forêts fragmentées sont fréquentées par certains oiseaux forestiers, on ne sait pas exactement comment les oiseaux répondent, en général, à une mosaïque d’habitat agricole. Nous avons voulu déterminer comment la densité des oiseaux et les assemblables alimentaires étaient influencés par les caractéristiques structurelles des exploitations et par la distance qui les sépare de la limite forestière. Nous avons étudié 30 exploitations situées jusqu’à 12 km de la forêt de Kakamega, dans l’ouest du Kenya. La structure d’une exploitation agricole comprend sa taille, le volume des haies, l’hétérogénéité de l’habitat, la densité des plantes ligneuses, la diversité végétale et la couverture des cultures. Les oiseaux furent étudiés en utilisant des transects linéaires et des analyses DISTANCE, et classés en six guildes alimentaires et en trois associations d’habitat. La taille des exploitations agricoles augmentait en s’éloignant de la forêt, alors que la densité des plantes ligneuses, la diversité végétale, la couverture des arbres indigènes et de l’agriculture de subsistance déclinaient. La variable la plus importante de la structure de l’exploitation était le volume des haies, qui augmentait la richesse des espèces d’oiseaux, celle des espèces d’oiseaux fréquentant les buissons et la densité des oiseaux insectivores (R = 0,58, P < 0,01). La densité des oiseaux augmentait avec celle des arbres alors que les arbres indigènes convenaient aux oiseaux insectivores et nectarivores. Il y eut très peu d’observations d’oiseaux forestiers. Des pratiques agricoles qui intègrent l’entretien des haies et un choix judicieux d’essences d’arbres pour l’exploitation pourraient améliorer la conservation des oiseaux sur les terres exploitées, encore que ce ne soit pas significatif pour les espèces forestières.