SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • community ecology;
  • Gulf of Guinea;
  • interspecific competition;
  • null models;
  • Rodentia;
  • Soricomorpha

Abstract

Peer-reviewed studies on the community structure of small mammals (Rodentia and Soricomorpha) from the Gulf of Guinea region of West Africa were reviewed. To detect nonrandom patterns in the various assemblages under study, the original datasets were re-analysed using null models [two independent randomization algorithms (RA) for niche overlap] and Monte Carlo simulations. The total species richness in the countries considered in this review was 45 species for soricomorphs and 101 for rodents, and the studies reviewed here reported data for 53.3% of these soricomorph species and for 76.2% of these rodent species. Nonrandom habitat niche partitioning was rarely observed in both rodents and soricomorphs. Instead, aggregated use of habitat resources was frequently detected in both groups. Forest habitat was generally selected as aggregating resource type by small mammal assemblages. Thus, contrary to expectations, our review revealed little evidence for interspecific competition along the habitat niche axis in West African small mammals. However, it is possible that the aggregated use of the forest resource by small mammal species may be apparent, but that the various species partitioned space at a lower scale, for instance selecting different microhabitats. Interspecific competition appeared to be stronger in altered habitats, as predicted by previous studies on other forest organisms in West Africa.

Résumé

Des études révisées par les pairs sur la structure de la communauté de petits mammifères (Rongeurs et Soricomorphes) de la région du Golfe de Guinée, en Afrique de l’Ouest, ont été relues. Afin de déceler des schémas non aléatoires dans les différents assemblages étudiés, les sets de données originaux ont été analysés de nouveau en utilisant des modèles nuls (deux algorithmes de randomisation indépendants pour le recouvrement des niches) et des simulations de Monte-Carlo. La richesse totale en espèces des pays concernés par cette étude était de 45 espèces de soricomorphes et de 101 espèces de rongeurs, et les études révues ici rapportaient des données pour 53,5% de ces espèces de soricomorphes et pour 76,2% des espèces de rongeurs. On a rarement observé un partage aléatoire des niches de l’habitat, aussi bien pour les soricomorphes que pour les rongeurs. On a, au contraire, souvent décelé une utilisation groupée des ressources de l’habitat dans les deux groupes. L’habitat forestier était généralement choisi comme type de ressources rassembleur par des assemblages de petits mammifères. Donc, contrairement aux attentes, notre revue a révélé qu’il y avait peu de preuves d’une compétition interspécifique sur l’axe « niche de l’habitat » chez les petits mammifères d’Afrique de l’Ouest. Il est pourtant possible que l’utilisation groupée des ressources forestières par des espèces de petits mammifères semble évidente, mais que les différentes espèces se répartissent l’espace à plus petite échelle, par exemple en sélectionnant différents micro-habitats. La compétition interspécifique semble plus forte dans des habitats altérés, comme le prédisaient des études antérieures d’autres organismes forestiers en Afrique de l’Ouest.