Protected area gap analysis of important bird areas in Tanzania

Authors

  • Shakthi Sritharan,

    Corresponding author
    1. School of Environmental Sciences, University of East Anglia, Norwich NR4 7TJ, U.K.
    Search for more papers by this author
  • Neil D. Burgess

    1. WWF-US Conservation Science Program, 1250 24th Street NW, Washington, DC, U.S.A.
    2. Centre for Macroecology, Evolution and Climate, Department of Biology, University of Copenhagen, Universitetsparken 15, DK-2100, Copenhagen, Denmark
    Search for more papers by this author

E-mail: Shakthi.Sritharan@gmail.com

Abstract

Analyses of gaps in protected area (PA) coverage of species distributions have been carried out extensively for the past two decades, aiming to better locate new PAs and conserve species. In this study, progress to close gaps in the protection of the Important Bird Areas (IBAs) of Tanzania is assessed between 2002 and 2009, with a detailed GIS analysis from 2007 to 2009. Remaining gaps are ranked according to biological factors such as numbers of red list and restricted range avian species and social pressures such as human population, agriculture and density of the road network. Results show that there has been a 5.3% increase (7615.1 km2) in protection of IBAs between 2007 and 2009. Of the 27 remaining IBA protection gaps, three are of high, nine of medium and fifteen of low priority for action. The current IBA ‘gap area’ of 17,133.3 km2 contains around 26% forest, 13% shrubland, 9% grassland, 36% wetland and 12% agricultural land. This analysis provides a simple template for defining where further action to protect remaining IBA sites in Tanzania would lead to enhanced conservation of avian biodiversity in that country and provides a methodology for analysis leading to conservation action elsewhere in Africa.

Résumé

Des analyses des lacunes dans la couverture de la distribution d’espèces par des aires protégées furent réalisées de façon extensive au cours des deux dernières décennies, afin de mieux choisir l’emplacement des nouvelles aires protégées et de préserver les espèces. Dans cette étude, on évalue les progrès réalisés entre 2002 et 2009 pour combler les lacunes dans la protection des Zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO) de Tanzanie, avec une analyse GPS détaillée depuis 2002. Les lacunes qui persistent sont classées selon des facteurs biologiques tels que le nombre d’espèces d’oiseaux sur la Liste rouge et d’espèces à l’aire de répartition restreinte, et les pressions sociales telles que la population humaine, l’agriculture ou la densité du réseau routier. Les résultats montrent qu’il y a eu une augmentation de 5,3% (7.615,1 km²) de la protection de ZICO entre 2007 et 2009. Sur les 27 lacunes de protection de ZICO restantes, trois sont d’une haute priorité d’action, neuf d’une priorité moyenne et 15 d’une priorité faible. La « superficie des lacunes de couverture des ZICO » identifiée actuellement est de 17.133,3 km² et comprend environ 26% de forêts, 13% de broussailles, 9% de prairies, 36% de zones humides et 12% de terres agricoles. Cette analyse donne un modèle simple pour définir où de nouvelles mesures pour protéger des sites ZICO en Tanzanie pourraient conduire à une meilleure conservation de la biodiversité aviaire du pays, et elle donne une méthodologie d’analyse qui pourrait entraîner des actions de conservation ailleurs en Afrique.

Ancillary