SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • coexistence;
  • Elephantulus myurus;
  • escape substrate;
  • foraging substrate;
  • giving-up density;
  • Micaelamys namaquensis

Abstract

We investigated the role of diet and substrate features in the coexistence and habitat affinities of the rock elephant shrew, Elephantulus myurus, and the Namaqua mouse, Micaelamys namaquensis. We measured giving-up densities at experimental food patches that varied in foraging substrate, escape substrate surrounding the food patch and food type. In terms of food consumption, E. myurus favoured pebble (63% total harvest) over sand and sawdust, whereas M. namaquensis favoured foraging in sand (48% total harvest) over sawdust (29%) and pebbles (23%). Mealworms comprised most of E. myurus’s harvest, and M. namaquensis harvested seeds the most, followed by alfalfa and mealworms. In terms of escape substrates, M. namaquensis had significantly higher GUDs when the food patch was surrounded by tussocks of sedge (average 28.11 seeds/patch) than rock surfaces (17.41) or by bush/crevice (14.36). In conjunction with morphologic adaptations, E. myurus detects and recovers food using its snout and long tongue, and M. namaquensis digs and handles foods with its forepaws. The different foraging preferences of E. myurus and M. namaquensis suggest that the interaction of substrates with food types characterize their niches and promote coexistence. Elephantulus myurus travelled greater distances, whereas M. namaquensis was selective for microhabitats offering refuge or traction.

Résumé

Nous avons voulu étudier le rôle du régime alimentaire et des caractéristiques du substrat dans la coexistence et les affinités en matière d’habitat du macroscélide des rochers Elephantulus myurus et de la souris de Namaqua Micaelamys namaquensis. Nous avons mesuré les densités résiduelles de ressources (Giving Up Density – GUD) sur des lieux de nourrissage expérimentaux qui variaient aussi bien en substrat de nourrissage qu’en substrat des voies de fuite entourant le lieu de nourrissage et en type de nourriture. En termes de substrat pour la consommation de nourriture, E. myurus préférait les cailloux (63% du total de la collecte) au sable et à la sciure alors que M. namaquensis préférait se nourrir dans le sable (48% du total de la collecte) que dans la sciure (29%) ou les cailloux (23%). Les vers de farine composaient la plus grande partie du régime d’E. myurus; M. namaquensis sélectionnait surtout des graines, suivies par de l’alfalfa et des vers de farine. En matière de voies de fuite, M. namaquensis avait des GUD significativement plus élevées lorsque le lieu de nourrissage était entouré de touffes de hautes herbes (ave. 28.11 graines/endroit) que sur des surfaces rocheuses (17.41) ou des buissons/crevasses (14.36). En matière d’adaptations morphologiques, E. myurus détecte et retrouve la nourriture en se servant de son museau et de sa longue langue, M. namaquensis creuse et manipule les aliments avec ses pattes avant. Les préférences alimentaires différentes d’E. myurus et de M. namaquensis suggèrent que les interactions des types de substrats et de nourriture caractérisent leur niche et favorisent leur coexistence. Elephantulus myurus parcourait de plus longues distances tandis que M. namaquensis sélectionnait des micro-habitats offrant un refuge ou un attrait.