SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • Arabuko-Sokoke;
  • birds;
  • disturbance;
  • forest;
  • management;
  • participatory

Abstract

Bird communities composed of habitat specialists suffer considerable loss of species following disturbance (Ecol. Monogr. 41, 1971, 207–233). Participatory forest management (PFM) aims to ensure local ownership and support for forest conservation. This study determined if forest birds and forest quality in places under PFM is significantly higher than areas without PFM in Arabuko-Sokoke forest. Forest quality data were collected in the PFM and no PFM zones in the Mixed forest (MF) and Cynometra Woodland (CW). Plot-based approach was used to collect vegetation data along 1 km transects at intervals of 1 km sampling twenty transects and 200 plots in each of the study zones. Birds’ data were collected using 10-min point-counts along 88, 1 km long transects placed 1-km apart sampling in 30 m radius-plots at intervals of 100 m. Data were collected in 2008 and 2009. The results showed higher measures of forest quality in PFM zones than no PFM zones which showed higher measures of forest disturbance. The results did not show statistical differences in birds’ diversity indexes between PFM and no PFM zones indicating that the human-induced disturbance has not reached critical ecological thresholds to affect birds’ species diversity. It can be deduced that PFM investment is leading to improved forest management.

Résumé

Les communautés aviaires composées d'espèces spécialistes d'habitats particuliers soufrent de pertes considérables d'espèces en raison de perturbations (Ecol. Monogr. 41, 1971, 207–233). La Gestion participative des forêts (GPF) vise à garantir l'appropriation et le soutien locaux de la conservation des forêts. Menée dans la forêt d’Arabuko-Sokoke, cette étude a voulu déterminer si les oiseaux forestiers et la qualité de la forêt dans des endroits concernés par une GPF étaient significativement mieux que dans des zones qui ne le sont pas. Les données sur la qualité de la forêt ont été collectées dans des zones avec et sans GPF de la forêt mixte (FM) et de la forêt à Cynometra (FC). On a utilisé une approche par parcelles pour récolter des données sur la végétation le long de transects d'un kilomètre espacés entre eux d'un kilomètre, ce qui représentait au total 20 transects et 200 parcelles dans chaque zone étudiée. Les données sur les oiseaux ont été collectées sur des points de comptage de 10 min situés le long de 88 transects d'un kilomètre de long espacés d'un kilomètre, en échantillonnant des parcelles de 30 m de rayon tous les 100 m. Les données furent collectées en 2008 et 2009. Les résultats montrent que les mesures de qualité forestière faites en zones GPF sont supérieures à celles de zones non GPF qui présentaient des chiffres supérieurs de perturbation forestière. Les résultats ne montrent pas de différences statistiques des indices de diversité des oiseaux entre zones GPF et non GPF, ce qui indique que la perturbation n'a pas atteint les seuils critiques qui pourraient affecter la diversité des espèces d'oiseaux. On peut en déduire que l'investissement dans une GPF conduit à une amélioration de la gestion forestière.