SEARCH

SEARCH BY CITATION

Keywords:

  • agricultural land;
  • ethnobotany;
  • farmers;
  • Gadarif Region;
  • plant species;
  • Sudan

Abstract

The vegetation cover in Gadarif Region, Sudan, underwent drastic changes within the last 60 years because of the combined effect of anthropogenic and climatic factors. As a consequence, a large number of plant species are threatened or even became extinct, and vast areas are now deforested. The purpose of this study is to use the local knowledge as a tool to identify and describe patterns of vegetation changes associated with the introduction of mechanized rain-fed agriculture in the southern Gadarif Region. Data were collected by interviewing 10 key informants and 41 large-scale farmers. The results provided rich ethnobotanical knowledge and a clear historical perspective of vegetation changes including plant species which have disappeared, decreased and increased in the area. The main factors leading to changes in plant species composition and abundance were vegetation clearance, charcoal and firewood production, wood cuttings, grazing and recently herbicides application. Respondents acknowledged that grazing, duration of abandonment, length of cultivation period, amount and variability of rainfall, fire events and weed composition are the major factors determining succession on fallow land. Farmers showed interest to preserve some multi-purpose woody species (e.g. Acacia senegal,Balanites aegyptiaca) in their land. Such species should be given priority in rehabilitation activities.

Résumé

La couverture végétale de la région de Gadarif, au Soudan, a connu des changements spectaculaires au cours des 60 dernières années, dus aux effets combinés de facteurs anthropiques et climatiques. En conséquence, un grand nombre d'espèces végétales sont menacées, voire se sont éteintes, et de grandes étendues sont aujourd'hui déboisées. L'objectif de cette étude est d'utiliser les connaissances locales comme outils pour identifier et décrire le schéma des changements de végétation liés à l'introduction d'une agriculture irriguée en eau de pluie de façon mécanique dans le sud de cette région. Des données furent récoltées en interrogeant 10 informateurs principaux et 41 gros exploitants agricoles. Les résultats ont enrichi les connaissances ethnobotaniques et donnent une perspective historique claire des changements de végétation, y compris sur les espèces végétales qui ont disparu, diminué ou prospéré dans la région. Les facteurs majeurs ayant entraîné des changements de la composition et de l'abondance des espèces de plantes furent le défrichage de la végétation, la production de charbon de bois et de bois de feu, les coupes de bois, le pâturage et, plus récemment, la dispersion d'herbicides. Les personnes interrogées reconnaissent que le pâturage, des périodes de négligence, la durée des périodes de culture, la quantité et la périodicité des pluies, les incendies et la composition des mauvaises herbes sont les facteurs majeurs qui déterminent la succession des terres en jachère. Les exploitants se sont montrés intéressés par la préservation de certaines espèces ligneuses multi-usages, (e.g. Acacia senegal,Balanites aegyptiaca) sur leur terre. Il faudrait donner la priorité à ces espèces dans les activités de réhabilitation.