• Open Access

Carbon pools of an intact forest in Gabon

Authors

  • Sishir Gautam,

    1. Institute of Silviculture, Department of Forest and Soil Sciences, University of Natural Resources and Life Sciences, Vienna, Austria
    Search for more papers by this author
  • Stephan A. Pietsch

    Corresponding author
    • Institute of Silviculture, Department of Forest and Soil Sciences, University of Natural Resources and Life Sciences, Vienna, Austria
    Search for more papers by this author

Correspondence: E-mail: stephan.pietsch@boku.ac.at

Abstract

Quantitative and qualitative loss of tropical forests prompted international policy agendas to slow down forest loss through reducing emissions from deforestation and forest degradation (REDD)+, ensuring carbon offset payments to developing countries. So far, many African countries lack reliable forest carbon data and monitoring systems as required by REDD+. In this study, we estimate the carbon stocks of a naturally forested landscape unaffected by direct human impact. We used data collected from 34 plots randomly distributed across the Mount Birougou National Park (690 km2) in southern Gabon. We used tree-level data on species, diameter, height, species-specific wood density and carbon fraction as well as site-level data on dead wood, soil and litter carbon to calculate carbon content in aboveground, belowground, dead wood, soil and litter as 146, 28, 14, 186 and 7 Mg ha−1, respectively. Results may serve as a benchmark to assess ecosystem carbon loss/gain for the Massif du Chaillu in Gabon and the Republic of Congo, provide field data for remote sensing and also may contribute to establish national monitoring systems.

Resume

Les pertes qualitatives et quantitatives de forêt tropicale ont poussé les calendriers politiques internationaux à ralentir la perte de forêts au moyen des mécanismes REDD+, qui garantissent le paiement compensatoire des émissions de carbone aux pays en développement. Jusqu'à présent, de nombreux pays africains ne disposent pas encore de données fiables sur le carbone forestier, pas plus que de systèmes de suivi exigés par les REDD+. Dans cet article, nous estimons les stocks de carbone d'un paysage de forêt naturelle non affecté par des impacts humains directs. Nous avons utilisé les données provenant de 34 parcelles réparties au hasard dans le Parc National du Mont Birougou (690 km²), dans le sud du Gabon. Nous avons utilisé trois niveaux de données pour les espèces, le diamètre, la hauteur et la densité spécifique du bois par espèce, et la fraction de carbone ainsi que des données au niveau du site sur le carbone du bois mort, du sol et de la litière pour calculer le contenu en carbone au-dessus du sol, en dessous, dans le bois mort, le sol et la litière, à savoir, respectivement, 146, 28, 14, 186 et 7 mg ha−1. Ces résultats peuvent servir de données de référence pour évaluer la perte ou le gain de carbone de l'écosystème pour le Massif du Chaillu, au Gabon, et en République du Congo, constituer des données de terrain pour la détection à distance et aussi contribuer à établir des systèmes de suivi au niveau national.

Ancillary