SEARCH

SEARCH BY CITATION

Situation générale

  1. Top of page
  2. Situation générale
  3. Progrès réalisés dans la mise en œuvre de la stratégie OEPP
  4. Activités techniques des Groupes de travail
  5. Annexe 1 – Calendrier OEPP pour 2009
  6. Annexe 2 – Publications OEPP en 2009
  7. Bases de données OEPP en 2009
  8. Annexe 3 – Rapports des ateliers et conférences OEPP en 2009
  9. Annexe 4 – Autres réunions auxquelles le Secrétariat a participé

Pays Membres de l’OEPP

En 2008 le nombre des membres est resté stable et l’OEPP compte actuellement 50 membres. L’OEPP a toujours pour objectif l’adhésion de plusieurs pays, dont des pays de la Communauté des Etats Indépendants (CEI) et de la zone méditerranéenne.

Changements au sein du personnel de l’OEPP

Il n’y a eu aucun changement au sein du personnel et le nombre de postes actuel du Secrétariat est de 12,8, dont 7,8 postes scientifiques.

Programme de travail de l’OEPP

Le Secrétariat a organisé un grand nombre de réunions en 2009. En plus de la session du Conseil, des réunions du Comité exécutif et des deux Groupes de travail sur les produits phytosanitaires et pour l’étude de la réglementation phytosanitaire, le Secrétariat a organisé les réunions suivantes:

  •  18 Réunions de Panels
  •  7 Groupes d’experts (EWG): 5 pour la conduite d’une Analyse du Risque Phytosanitaire (ARP) pour un organisme nuisible spécifique, 1 sur les exigences pour l’accréditation des laboratoires et 1 sur la révision des normes OEPP concernant les abeilles
  •  6 ateliers/conférences sur: la lutte contre Psila rosae, l’évaluation comparative des produits phytosanitaires, les plans d’urgence et l’éradication, l’établissement d’un Code de conduite sur l’horticulture, les diagnostics, les inspections phytosanitaires et l’impact de l’accroissement du commerce sur la santé des végétaux dans la région OEPP et 3 ateliers russophones (NIMP en consultation auprès des pays) (Bykovo, RU, 2009-07-27/31), formation des conseillers phytosanitaires (Minsk, 2009-10-25/31), mise en œuvre des NIMP (Bykovo, RU, 2009-11-25/27)
  •  1 réunion sur la campagne anti-doryphorique qui est un projet conjoint entre quatre Pays Membres de l’OEPP, coordonné par le Secrétariat de l’OEPP.

En 2009, le Conseil de l’OEPP a approuvé 42 normes, nouvelles ou révisées (11 normes concernant les Produits phytosanitaires et 31 concernant la Réglementation phytosanitaire). De plus, le Conseil a décidé d’ajouter les organismes nuisibles suivants à la Liste d’Action soulignant le besoin de leur réglementation: Xanthomonas axonopodis pv. allii, Metamasius hemipterus, Heracleum sosnowskyi et Heracleum persicum.

Programme de traduction russe

En 2009, le programme OEPP de traductions russes a continué. Sept Normes Internationales pour les Mesures Phytosanitaires ont été traduites: NIMP n° 11 Analyse du risque phytosanitaire pour les organismes de quarantaine, incluant l’analyse des risques pour l’environnement et des organismes vivants modifiés, NIMP n° 14 L’utilisation de mesures intégrées dans une approche systémique de gestion du risque phytosanitaire, Réglementation de matériaux d’emballages à base de bois dans le commerce international, NIMP n° 21 Analyse du risque phytosanitaire pour les organismes réglementés non de quarantaine, NIMP n° 28 Traitements phytosanitaires contre les organismes nuisibles réglementés, NIMP n° 30 Établissement de zones à faible prévalence de mouches des fruits (Tephritidae) et NIMP n° 31 Méthodes d’échantillonnage des envois. Deux normes OEPP ont également été traduites: Norme OEPP PM 3/65(1) Échantillonnage lors de l’inspection visuelle des envois de 2006 et Norme OEPP PM 5/3(4) Schéma d’aide à la décision pour l’Analyse du Risque Phytosanitaire pour les organismes de quarantaine de 2009. De plus, beaucoup de documents administratifs ont été traduits en russe (Calendrier OEPP pour 2009, approximativement 20 circulaires et annonces de réunions). De nombreuses lettres bilingues (Anglais/Russe), concernant principalement des questions techniques, ont été préparées par le Secrétariat pour les pays russophones.

Un atelier pour les pays russophones sur les projets de NIMP en consultation auprès des pays s’est tenu pour la première fois (Moscou, 2009-07-27/31), en collaboration avec le Secrétariat de la CIPV. Egalement en collaboration avec le Secrétariat de la CIPV, une formation pour conseillers phytosanitaires a été organisée à Minsk (2009-10-26/30). Le Directeur Général a participé au Conseil sur la quarantaine végétale des pays de la CEI (Bykovo, 2009-11-23/24). Un atelier sur la mise en œuvre des NIMP a eu lieu en relation avec ce Conseil.

Information et documentation

Le Secrétariat de l’OEPP s’efforce de développer continuellement le contenu de son site Internet. Les bases de données OEPP (EPPO Plant Protection Thesaurus (EPPT), Plant Quarantine Data Retrieval System (PQR) et la base de données OEPP sur l’expertise de diagnostic) sont en accès libre sur le site Internet http://www.eppo.org.

Progrès réalisés dans la mise en œuvre de la stratégie OEPP

  1. Top of page
  2. Situation générale
  3. Progrès réalisés dans la mise en œuvre de la stratégie OEPP
  4. Activités techniques des Groupes de travail
  5. Annexe 1 – Calendrier OEPP pour 2009
  6. Annexe 2 – Publications OEPP en 2009
  7. Bases de données OEPP en 2009
  8. Annexe 3 – Rapports des ateliers et conférences OEPP en 2009
  9. Annexe 4 – Autres réunions auxquelles le Secrétariat a participé

En 2006 le Conseil de l’OEPP a adopté le plan stratégique pour 2006-2009 et a approuvé ses dix objectifs principaux. Cette section rapporte les progrès réalisés dans la mise en œuvre de ces objectifs.

1. L’OEPP jouera un rôle majeur en soutenant ses Membres avec une approche basée sur le risque pour justifier la gestion et la réglementation phytosanitaires

Le Secrétariat de l’OEPP a organisé cinq groupes d’étude pour améliorer les ARP sur:

Bactrocera invadens, Bursaphelenchus xylophilus (révision), Meloidogyne enterolobii, Phytophthora kernoviae et Saperda candida.

Le Secrétariat de l’OEPP participe en tant que partenaire au Consortium « PRATIQUE » qui est en charge du projet UE « Développement de l’efficacité des techniques d’analyses du risque concernant les organismes nuisibles d’intérêt phytosanitaire » (KBBE-2007-1). Ce projet développe la science et la mise à disposition d’ARP, explore le potentiel des nouvelles techniques et affine les outils existants et les approches de gestion qui peuvent être appliquées pour améliorer les schémas d’ARP existants. Le rôle du Secrétariat OEPP se focalisera principalement sur les tests et la validation des conclusions du projet. Il se déroulera entre 2008 et 2011.

Les discussions se poursuivent en Europe sur la façon d’organiser efficacement le travail d’ARP, en vue de déterminer le rôle de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) en matière de santé végétale. L’OEPP et l’EFSA préparent des arrangements de travail afin de clarifier leurs rôles respectifs et leurs responsabilités concernant l’ARP.

2. L’OEPP accroîtra son rôle en relation avec le diagnostic concernant les systèmes d’assurance et/ou d’accréditation

En 2009, 14 Normes de diagnostic ont été finalisées et adoptées par le Conseil. Une étape importante a été la finalisation et l’approbation de la Norme sur les Exigences spécifiques pour les laboratoires se préparant à l’accréditation pour les activités de diagnostic phytosanitaire. En février 2009, l’EA (Coopération européenne pour l’Accréditation, le réseau européen des organes d’accréditation nationalement reconnus) et l’OEPP ont décidé de coopérer plus étroitement sur l’accréditation des laboratoires de diagnostic pour les organismes nuisibles. Il a été décidé d’évaluer l’efficacité de la collaboration entre les deux organisations à la fin de 2010 afin d’étudier les options pour renforcer davantage les relations et les officialiser.

La nécessité de collecter des données de validation pour les tests inclus dans les protocoles de diagnostic a été reconnue et il a été instauré un projet pour partager ces données.

3. L’OEPP développera et maintiendra une base de données sur l’expertise de diagnostic de ses Pays Membres

Cette base de données est maintenant bien établie et a été mise à jour cette année. Quatre-vingts laboratoires ont entré des données. Elle est accessible gratuitement sur le site Internet de l’OEPP.

4. L’OEPP assistera ses Membres pour prévenir l’introduction, l’établissement et la dissémination de plantes exotiques envahissantes en fournissant de la documentation et des conseils

Le Secrétariat a maintenant décrit un grand nombre de Plantes exotiques envahissantes (PEE) et leur présence dans la région OEPP. Actuellement 8 espèces PEE sont répertoriées sur la Liste d’Action et plusieurs espèces ont été ajoutées à la Liste d’Alerte de l’OEPP, fournissant des informations détaillées sur ces espèces. Une directive sur l’établissement d’un Code de conduite sur l’horticulture et les plantes exotiques envahissantes a été adoptée (PM 3/74) et présentée lors d’un atelier pour les parties intéressées. Il a été considéré important de surveiller l’efficacité de ce Code de conduite car ce type de codes pourrait être aussi bien appliqué dans d’autres secteurs.

5. L’OEPP donnera des conseils sur l’éradication et l’enrayement des organismes nuisibles importants et continuera le travail pour l’harmonisation des procédures phytosanitaires

L’importance de cet objectif a été soulignée lors du Colloque du Conseil étant donnée l’augmentation des échanges internationaux, non seulement en volume mais également les nouveaux produits et les nouvelles origines. En même temps un nombre croissant d’interceptions et de détections est signalé. Il a été conclu que davantage de discussions au sein des organes de l’OEPP sont nécessaires pour identifier de possibles améliorations dans le système phytosanitaire.

Le Secrétariat a organisé un atelier (Nova Gorica, SI) avec des gestionnaires du risque pour analyser les facteurs de réussites et d’échecs dans les campagnes d’éradication. Les conclusions seront utilisées dans PRATIQUE pour développer un schéma d’aide à la décision sur l’éradication.

Plusieurs normes décrivant les procédures de lutte officielle (séries PM 9) ont été développées et quatre normes ont été approuvées par le Conseil. Deux de ces normes dictent les actions de lutte officielle contre des PEE. Une troisième norme fournit des conseils pour le développement des plans d’urgence nationaux. Le Conseil a décidé d’accélérer la procédure d’approbation de la norme révisée pour la lutte officielle contre Bursaphelenchus xylophilus et ses vecteurs en vue de l’impact potentiel de cet organisme nuisible et de faciliter la compréhension sur la façon de le gérer.

6. L’OEPP développera son rôle vis-à-vis de la reconnaissance mutuelle et des usages mineurs et développera son travail sur la résistance des produits phytosanitaires

En tant que partie de la norme adoptée PP 1/257 Extrapolations pour l’efficacité et la sélectivité pour les usages mineurs, des tableaux d’extrapolation ont été développés et ceux pour Solanaceae ont été approuvés. Un atelier concernant l’évaluation comparative a été organisé, rassemblant experts, autorités en charge de l’homologation, politiques, et industrie. L’atelier a reconnu l’importance des recommandations pour les usages mineurs et a encouragé la continuation du travail sur le développement des tableaux d’extrapolation pour les usages mineurs. L’atelier a recommandé que l’OEPP développe également des recommandations sur l’évaluation comparative.

7. L’OEPP aidera les pays membres pour la mise en œuvre des NIMP

En 2009 plusieurs ateliers ont abordé les Normes Internationales pour les Mesures Phytosanitaires (NIMP). Pour la première fois il a été organisé dans la région OEPP un atelier pour les pays russophones afin de préparer des commentaires sur des projets de NIMP en consultation auprès des pays. De plus, une formation pour les conseillers phytosanitaires (russophones) sur la mise en œuvre des normes a eu lieu. L’atelier pour les inspecteurs phytosanitaires a donné lieu à un échange d’expérience en matière d’inspection de matériaux d’emballages à base de bois dans le cadre de la NIMP N° 15.

8. L’OEPP fournit une documentation validée sur les organismes nuisibles

Le Service d’information de l’OEPP est un vecteur important pour l’information en quarantaine végétale et le nombre d’abonnements continue d’augmenter:

 Début 2009Fin 2009Changement (%)
Service d’information – Version anglaise15701811+15
Service d’information – Version française495569+15
Liste des normes OEPP10291315+28
Liste des règlementations phytosanitaires9561220+28

Le EPPO Bulletin/Bulletin OEPP est une publication importante du Secrétariat et requiert une charge significative de travail de la part de son personnel.

Bulletin OEPP200720082009
Subventions Institutionnelles111110108
Institutions ayant un accès par la fourniture d’une licence31033260>3100
Bibliothèques ayant un accès par des dons247524753003
Institutions ayant un accès par EBSCO494520861

9. L’OEPP développe des critères pour l’évaluation biologique de produits phytosanitaires

Le programme de travail sur la préparation des normes pour l’évaluation biologique des produits phytosanitaires se poursuit et a conduit à l’adoption de 11 normes spécifiques nouvelles ou révisées et des tableaux d’extrapolation pour trois groupes de culture. La tâche de développement des tableaux d’extrapolation pour les usages mineurs a été ajoutée au programme de travail des deux Panels sur l’évaluation biologique (Fongicides/Insecticides et Herbicides/Régulateurs de croissance) et comme cela a été très demandé, un jour supplémentaire a été ajouté aux réunions de ces Panels.

10. L’OEPP assiste ses Membres pour établir des positions communes sur les questions débattues au niveau mondial

Le Panel chargé des relations avec la CMP s’est rencontré 3 fois et a préparé des recommandations sur les projets de NIMP. Une consultation jointe a eu lieu avec l’Organisation Nord Américaine pour la Protection des Plantes (NAPPO) et le Comité de Sanidad Vegetal del Cono Sur (COSAVE) et l’OEPP a participéà la 21ème Consultation Technique des Organisations Régionales de Protection des Végétaux. Le Danemark a invité le Panel technique pour le Glossaire (Copenhague, 2009-06-15/19). Le Secrétariat de l’OEPP a invité le groupe d’étude ARP pour les plantes considérées comme organismes de quarantaine (Paris, 2009-05-25/29). En collaboration avec le Secrétariat de la CIPV, l’OEPP a organisé deux ateliers concernant le développement et la mise en œuvre des NIMP. Le Secrétariat de l’OEPP a contribué au développement d’un manuel technique pour les forêts, expliquant comment les NIMP s’appliquent au secteur des forêts. Le Secrétariat de l’OEPP a également participé au Groupe international de recherche en quarantaine forestière et il doit être noté qu’un nombre croissant de NIMP pour les forêts est en développement.

Moins de Panels et plus de réunions ponctuelles

La stratégie de l’OEPP souligne l’importance d’une participation active des experts dans toute la région OEPP dans l’exécution du programme de travail.

Il a été décidé que les niveaux de participation aux Panels doivent être étroitement suivis. Le tableau suivant compare les tendances dans la participation des experts pour les années 2006–2009 (Tableau 1).

Table 1.   Développement des adhésions et participation aux Panels OEPP
AnnéeBilan netNombre moyenParticipation %
  1. Bilan net : nombre de nouveaux membres des Panels moins ceux qui se retirent.

  2. Nombre moyen : moyenne des membres (observateurs non inclus) participant aux réunions des Panels.

  3. Participation : pourcentage des membres totaux participant à chaque Panel.

2006+210.482
2007+2111.082
2008+ 312.486
2009+ 312.984

En 2009 la tendance est positive concernant l’adhésion, et la participation aux réunions des Panels reste à un niveau constant.

Services internet

La croissance rapide de l’utilisation du site Internet de l’OEPP ces dernières années a continué cette année. La Fig. 1 illustre la tendance des dernières années. Depuis 2007, l’utilisation de certaines applications Internet est comptabilisée séparément et résumée dans le Tableau 2. Puisque EPPT (contenant les codes OEPP) peut être consulté sur le site Internet gratuitement, l’utilisation augmente. La base de données récemment développée sur l’Expertise pour le diagnostic montre une utilisation substantielle en 2009. En 2009 les normes sur l’évaluation biologique des produits phytosanitaires PP1 ont été mises à disposition sur le site Internet de l’OEPP et leur utilisation montre que leur accessibilité est bien appréciée. CAPRA, le schéma d’aide à la décision pour l’ARP mis sur le site, est en développement (dans le cadre du projet PRATIQUE).

image

Figure 1.  Utilisation du site Internet de l’OEPP (pages vues). Pages vues (site Internet et archives á l’ exception des bases de données).

Download figure to PowerPoint

Table 2.   Utilisation des bases de données OEPP : sur l’expertise pour le diagnostic ; EPPO Plant Protection Thesaurus (EPPT) ; EPPO Standards on Efficacy Evaluation of Plant Protection Products (PP1) ; Computer Assisted PRA (CAPRA)
 2006200720082009
Expertise pour le diagnostic4000356453085467633
EPPT3230299030376638538301
PP1   66074
CAPRA   5355
Total7230334675407492677363

La Fig. 2 montre l’origine des visiteurs du site Internet OEPP. Comparéà 2008, l’utilisation par les pays membres de l’OEPP a augmenté de façon significative. La section la plus visitée du site Internet de l’OEPP est la « Quarantaine ».

image

Figure 2.  Origine des visiteurs du site Internet de l’OEPP.

Download figure to PowerPoint

Activités techniques des Groupes de travail

  1. Top of page
  2. Situation générale
  3. Progrès réalisés dans la mise en œuvre de la stratégie OEPP
  4. Activités techniques des Groupes de travail
  5. Annexe 1 – Calendrier OEPP pour 2009
  6. Annexe 2 – Publications OEPP en 2009
  7. Bases de données OEPP en 2009
  8. Annexe 3 – Rapports des ateliers et conférences OEPP en 2009
  9. Annexe 4 – Autres réunions auxquelles le Secrétariat a participé

Réglementation phytosanitaire

La 47ème réunion du Groupe de travail pour l’étude de la réglementation phytosanitaire a eu lieu à Las Palmas de Gran Canaria, les 2009-06-16/19. Le Groupe de travail a revu le travail des Panels placés sous son autorité, dirigé les futurs travaux et fait des recommandations au Conseil de l’OEPP. Il a aussi discuté des questions phytosanitaires mondiales.

Le Groupe de travail a été informé des sujets discutés par la Commission des Mesures Phytosanitaires et par le Comité des Normes. L’importance de l’amélioration du signalement des organismes nuisibles par les membres de l’OEPP a été soulignée et il a été recommandé qu’un questionnaire soit envoyé aux pays membres afin d’étudier les principales difficultés rencontrées pour remplir ces obligations de signalement. Il a également été suggéré que le Secrétariat de l’OEPP étudie la possibilité pour les membres de l’OEPP de fournir des signalements d’organismes nuisibles à la CIPV par l’intermédiaire de l’OEPP, sur la base du volontariat. Le Groupe de travail a également discuté des nouveaux sujets potentiels pour les NIMP et il a été conclu qu’une norme sur le « mouvement international des semences » devait être proposée étant donné l’importance de ce marché, en particulier pour inclure des éléments sur les organismes nuisibles transmis par les semences.

Le Groupe de travail a globalement accepté la stratégie de l’OEPP proposée pour 2010-2014 et a soutenu la décision que le travail sur l’ARP, l’information et la documentation, ainsi que l’éradication et l’enrayement des organismes nuisibles doivent faire l’objet d’une priorité haute.

Les participants ont exprimé leur satisfaction par rapport au site Internet de l’OEPP et aux informations en général qui constituent des sources d’information de grande valeur pour leurs ONPV. Concernant le Bulletin OEPP, il a été souligné que d’avantage d’articles devaient être publiés sur l’éradication des organismes nuisibles et sur les expériences acquises.

Le Groupe de travail a revu le système mis en place pour réaliser des ARP dans la région OEPP et a conclu que les Groupes d’experts pour l’ARP doivent continuer à travailler sur la base des procédures actuelles. La nécessité que l’OEPP réalise davantage d’analyses par filière a été soulignée et il a été recommandé d’explorer plus avant les façons d’y parvenir. Le Groupe de travail a confirmé que les ARP nationales peuvent servir de base aux recommandations de l’OEPP et a décidé que les normes pour revoir les ARP nationales développées en 2008 devraient être utilisées au prochain Panel sur les mesures phytosanitaires et un rapport sur ce processus présenté. Le Groupe de travail a établi une liste d’organismes nuisibles pour lesquels une ARP doit être réalisée ou évaluée en 2009–2010: des Groupes d’experts pour l’ARP doivent être organisés par ordre de priorité pour Saperda candida, Phytophthora kernoviae (pour étendre l’ARP du Royaume-Uni à la région), Epitrix spp., Phytophthora pinifolia, les viroïdes de la tomate et Halyomorpha halys.

Le Groupe de travail a discuté d’une révision proposée de la PM 9/1(1) concernant le système de lutte national réglementaire pour Bursaphelenchus xylophilus. Il a souligné l’importance de cette révision mais n’a pas pu se mettre d’accord sur le projet et il a recommandé que le Panel sur les organismes de quarantaine forestière s’occupe des commentaires émanant du Groupe de travail et que les conclusions soient rapportées au Conseil.

Le Groupe de travail a discuté du lancement de nouvelles activités concernant le diagnostic. Plusieurs Panels sur le diagnostic ont identifié le besoin de rassembler des données de validation pour les tests inclus dans les protocoles de diagnostic de l’OEPP. Le Groupe de travail pour l’étude de la réglementation phytosanitaire a accueilli cette initiative favorablement mais a noté que les laboratoires doivent s’engager à fournir ces informations.

Finalement le Groupe de travail a discuté de la situation de Chalara fraxinea, un organisme nuisible de plus en plus observé sur les frênes (Fraxinus excelsior) dans les pays européens, au cours des dix dernières années. Le Groupe de travail a recommandé d’organiser un Atelier pour discuter en particulier de la façon de lutter contre cet organisme nuisible quand on le rencontre (par ex. bonne pratique).

Produits phytosanitaires

La 39ème réunion du Groupe de travail sur les produits phytosanitaires a eu lieu à Torino, Italie, les 2009-05/12/14.

Ce groupe dirige et supervise le travail technique de nombreux Panels concernés par l’homologation des produits phytosanitaires.

Il continue à approuver un flux constant de Normes OEPP, nouvelles ou révisées, de la série PP1: Evaluation biologique des produits phytosanitaires.

Une nouvelle norme sur « maladies fongiques des Agaricus spp. a été renvoyée au Panel du fait des nombreux commentaires reçus durant la phase de consultation des pays.

Les tableaux d’extrapolation pour l’efficacité des fongicides et des insecticides pour les cultures de Solanacées ont été approuvés par le Groupe de travail après plusieurs recommandations et changements mineurs. Les tableaux pour l’efficacité des herbicides sur les choux, les arbres fruitiers à pépins et à noyaux dans un nouveau format simplifié ont également été approuvés.

Le Groupe de travail a discuté le plan opérationnel pour 2010, en particulier quels Panels doivent se rencontrer, et a étudié les programmes de travail des Panels pour l’efficacité biologique. Ces programmes consistent en une liste importante de normes spécifiques qui doivent être révisées, ou nouvellement élaborées.

Le Groupe de travail a également discuté de la stratégie de l’OEPP concernant la protection des cultures pour la période 2010-2014. Il a étudié les conclusions d’un groupe d’étude sur la stratégie de l’OEPP (Paris, 2009-04-15) et aussi celles de l’Atelier OEPP sur le développement de principes pour l’évaluation comparative dans le cadre du principe de substitution (Bruxelles, 2009-05-06/07). Le Groupe de travail a décidé de donner une prioritéélevée à l’accroissement du nombre de tableaux d’extrapolation qui accompagnent la norme OEPP PP 1/257 Extrapolations pour l’efficacité et la sélectivité pour les usages mineurs. Le Groupe de travail a décidé de la façon d’organiser le travail des experts concernant ces tableaux afin d’avancer plus rapidement et a noté que pour y parvenir, le travail sur les normes d’efficacité pourrait faire l’objet d’une priorité moindre. Le Groupe de travail a attribué une prioritéélevée à la continuation du travail de l’OEPP sur la résistance et a proposé que la norme existante PP 1/213(2) Analyse du risque de résistance soit revue en considérant l’évaluation comparative afin de fournir des recommandations sur la gestion efficace de la résistance dans un contexte de réduction du nombre de substances actives. Le Groupe de travail a donné une prioritéélevée au développement de conseils sur la façon de mener l’évaluation comparative. Le Panel sur les normes générales doit travailler sur cette question. Le Groupe de travail a donné une priorité moindre à la révision des Bonnes Pratiques Phytosanitaires mais pense qu’il était important que le Secrétariat suive l’échange d’informations sur la gestion intégrée des organismes nuisibles.

Le Groupe de travail sur les Produits Phytosanitaires a suggéré que le Groupe de travail pour l’étude de la réglementation phytosanitaire soit informé des conclusions de l’Atelier sur l’évaluation comparative de façon à ce que qu’il soit averti de l’impact possible de la nouvelle réglementation de l’Union Européenne sur la disponibilité des produits phytosanitaires pour la quarantaine végétale.

Annexe 1 – Calendrier OEPP pour 2009

  1. Top of page
  2. Situation générale
  3. Progrès réalisés dans la mise en œuvre de la stratégie OEPP
  4. Activités techniques des Groupes de travail
  5. Annexe 1 – Calendrier OEPP pour 2009
  6. Annexe 2 – Publications OEPP en 2009
  7. Bases de données OEPP en 2009
  8. Annexe 3 – Rapports des ateliers et conférences OEPP en 2009
  9. Annexe 4 – Autres réunions auxquelles le Secrétariat a participé

I Comité Exécutif

1. Comité Exécutif04-16/17Paris
2. Comité Exécutif09-21Angers (FR)
II Conseil
1. Commission de vérification des comptes09-21Angers (FR)
2. Session administrative09-22/23Angers (FR)
3. Colloque et visite technique09-24Angers (FR)
III Conférences
1. Atelier pour la lutte contre la mouche de la carotte (Psila rosae)02-02/04Lelystad (NL)
2. Atelier sur l’éradication, l’enrayement et les plans d’urgence02-10/12Nova Gorica (SI)
3. Atelier sur le développement de principes pour l’évaluation comparative dans le cadre du principe de substitution05-06/07Bruxelles
4. Conférence sur le diagnostic05-10/15York (GB)
5. Atelier OEPP/CoE “Code de conduite sur l’Horticulture et les plantes exotiques envahissantes”06-04/05Ski (NO)
6. NIMP en consultation auprès des pays07-27/31Bykovo (RU)
7. Formation des conseillers phytosanitaires10-26/30Minsk
8. Atelier pour les inspecteurs phytosanitaires11-10/12Vilnius
9. Mise en œuvre des NIMP11-25/27Bykovo (RU)
IV Groupes de travail
1. Produits phytosanitaires05-12/14Torino (IT)
2. Réglementation phytosanitaire06-16/19Las Palmas, Canaria (ES)
V Panels et Groupes d’experts
 1. Réunion conjointe NAPPO-OEPP & Relations avec la CMP01-19/22Martinique (FR)
 2. Maladies bactériennes02-02/04Izmir (TR)
 3. Mesures phytosanitaires02-17/20Paris
 4. Exigences techniques pour les laboratoires03-16/19Vilnius
 5. Groupe d’experts pour l’ARP Hydrocotyle ranunculoides & Lysichiton americanus03-23/27Paris
 6. Panel conjoint OEPP/OILB sur les agents de lutte biologique03-25/26Zürich (CH)
 7. Nématodes03-31/04-03Firenze (IT)
 8. Groupe d’experts sur le plan stratégique OEPP pour 2010-201404-15Paris
 9. Traitements phytosanitaires04-15/17Bordeaux (FR)
10. Relations avec la CMP04-20/22Paris
11. Réseau européen de    mycologie04-23/24Vienne
12. Groupe d’experts pour l’ARP Meloidogyne enterolobii05-25/28Paris
13. Panel Ad hoc sur les plantes exotiques envahissantes06-02/04Ski (NO)
14. Organismes de quarantaine    forestiers06-30/07-02Bykovo (RU)
15. Relations avec la CMP09-01/04Cracow (PL)
16. Groupe d’experts sur les exigences techniques pour les laboratoires09-15/16Paris
17. Diagnostic10-13/15Rome
18. Groupe d’experts sur le schéma pour l’évaluation du risque pour l’environnement sur les abeilles10-15Paris
19. Panel sur la résistance concernant les produits phytosanitaires10-27/29Vienne
20. Panel sur les normes    générales10-28/29Vienne
21. Réunion ad hoc sur les viroïdes de la tomate/EUPHRESCO projet pilote sur les viroïdes10-28/29Ljubljana
22. Groupe d’experts pour l’ARP Saperda candida11-02/05Paris
23. Doryphore11-04/05Paris
24. Herbicides – Régulateurs de    croissance11-11/12Lisbonne
25. Fongicides – Insecticides11-16/20Split (HR)
26. Groupe d’experts pour l’ARP Phytophthora kernoviae11-30/12-03Paris
27. EWG for PRA Bactrocera    invadens12-07/10Paris
28. Développement de l’Analyse du Risque Phytosanitaire12-14/17York (GB)

Annexe 2 – Publications OEPP en 2009

  1. Top of page
  2. Situation générale
  3. Progrès réalisés dans la mise en œuvre de la stratégie OEPP
  4. Activités techniques des Groupes de travail
  5. Annexe 1 – Calendrier OEPP pour 2009
  6. Annexe 2 – Publications OEPP en 2009
  7. Bases de données OEPP en 2009
  8. Annexe 3 – Rapports des ateliers et conférences OEPP en 2009
  9. Annexe 4 – Autres réunions auxquelles le Secrétariat a participé
  • 1
    Bulletin OEPP/EPPO Bulletin39 (1) (2009-04), pp. 1–112, comprenant 10 Normes OEPP, 6 fiches informatives sur les organismes nuisibles recommandés pour réglementation, 24 résumés présentés à la Conférence phytosanitaire sur les organismes nuisibles de la pomme de terre et autres cultures et 4 articles originaux.
  • 2
    Bulletin OEPP/EPPO Bulletin39 (2) (2009–08), pp. 113–214, comprenant 5 articles présentés à l’atelier OEPP sur la mouche de la carotte (Psila rosae), 5 articles présentés à l’atelier OEPP sur l’éradication, l’enrayement et les plans d’urgence et 6 articles originaux.
  • 3
    Bulletin OEPP/EPPO Bulletin39 (3) (2009–12), pp. 215–532, comprenant 39 Normes OEPP, 1 fiche informative, 1 article original et les recommandations faites par le Conseil de l’OEPP en 2008 et le Rapport annuel 2008.
  • 4
    Documents Techniques OEPP n°. 1054. Rapport de la 39ème réunion du Groupe de travail sur les produits phytosanitaires (Torino, IT, 2009-05-12/14).
  • 5
    Documents Techniques OEPP n°. 1055. Rapport de la 47ème réunion du Groupe de travail pour l’étude de la réglementation phytosanitaire (Las Palmas de Gran Canaria, ES, 2009-06-16/19).

Annexe 3 – Rapports des ateliers et conférences OEPP en 2009

  1. Top of page
  2. Situation générale
  3. Progrès réalisés dans la mise en œuvre de la stratégie OEPP
  4. Activités techniques des Groupes de travail
  5. Annexe 1 – Calendrier OEPP pour 2009
  6. Annexe 2 – Publications OEPP en 2009
  7. Bases de données OEPP en 2009
  8. Annexe 3 – Rapports des ateliers et conférences OEPP en 2009
  9. Annexe 4 – Autres réunions auxquelles le Secrétariat a participé

Atelier OEPP pour la lutte contre la mouche de la carotte (Psila rosae) (Lelystad, NL, 2009-02-02/04)

La mouche de la carotte (Psila rosae) est un organisme nuisible sérieux et largement répandu. Il cause principalement des dégâts aux carottes, mais peut également affecter les racines des cultures similaires telles que panais, céleri et persil. Des systèmes de gestion des organismes nuisibles ont été développés afin de s’attaquer à ce problème : cela demande une compréhension claire de la biologie et de l’activité du ravageur (qui peut produire jusqu’à 3 générations par an selon la latitude), et d’utiliser efficacement les méthodes d’intervention et de lutte culturale. Dans les années à venir, l’efficacité des stratégies de lutte risque d’être réduite par le retrait des produits phytosanitaires actuellement disponibles sur le marché.

Il y avait 42 participants de 11 pays membres de l’OEPP à cet atelier, dont des représentants des institutions de recherche, des organes de réglementation nationaux, des organisations de conseil aux agriculteurs, des compagnies agrochimiques, des semenciers, des obtenteurs et des producteurs de carottes.

Le but de cet atelier ad hocétait de partager les dernières informations sur la biologie et le cycle biologique de Psila rosae, d’explorer les stratégies actuelles et potentielles pour lutter contre la mouche de la carotte, de partager les perspectives sur la situation de la mouche de la carotte et les systèmes de lutte dans les autres pays membres de l’OEPP, d’apprendre des expériences des autres, d’identifier les problèmes auxquels font face les producteurs, de recommander les composants clefs de la meilleure stratégie pratique actuelle pour la gestion intégrée et durable de la mouche de la carotte, et de discuter et d’identifier les exigences futures et les recherches nécessaires pour aider le développement et la mise en œuvre des stratégies de lutte fructueuses.

Atelier sur l’éradication, l’enrayement et les plans d’urgence (Nova Gorica, SI, 2009-02-10/12)

Les ONPV font face au défi sur la manière de répondre rapidement et efficacement aux foyers d’organismes nuisibles. Souvent elles réussissent àéradiquer les organismes nuisibles. Quelquefois cela prend plus de temps et de moyens que ce qui était prévu initialement et dans certains cas, les objectifs premiers de la campagne d’éradication doivent être revus. Plusieurs membres de l’OEPP développent des plans d’urgence pour les organismes nuisibles qui peuvent avoir un impact économique et/ou environnemental important. L’OEPP a réagi à cette tendance en développant la norme Eléments génériques pour les plans d’urgence. De nouvelles normes pour les organismes nuisibles importants sont également développées dans les séries PM 9 Systèmes de lutte nationaux réglementaires. Cela doit aider les membres de l’OEPP à rédiger leurs propres plans d’urgence spécifiques.

L’importance croissante de l’éradication et des plans d’urgence dans le programme de travail de l’OEPP doit également contribuer au projet européen PRATIQUE, en particulier développer un système d’aide à la décision pour l’éradication et l’enrayement des foyers d’organismes nuisibles (WP5). Afin de rassembler et d’échanger les expériences sur l’éradication, un atelier a été organisé pour les personnes concernées par les campagnes d’éradication ou les plans d’urgence dans leur pays. Les participants ont également étudié si la nouvelle norme OEPP sur les plans d’urgence est complète en récapitulant tous les éléments génériques importants qui doivent faire partie d’un plan d’urgence.

Cinquante-deux experts de 25 pays ont participéà l’atelier. Plusieurs experts engagés dans le projet PRATIQUE-WP5 ont également participé, ce qui a fourni une excellente opportunité d’échange d’expériences entre les gestionnaires de risque et les scientifiques, et de discussion sur les outils nécessaires pour aider les pays membres dans les campagnes d’éradication.

Atelier OEPP sur le développement de principes pour l’évaluation comparative dans le cadre du principe de substitution (Bruxelles, 2009-05-06/07)

L’atelier a été organisé dans le cadre de la réglementation de l’Union Européenne concernant la mise sur le marché des produits phytosanitaires, qui devait entrer en vigueur plus tard dans l’année1, annulant les Directives du Conseil 79/117/CEE et 91/414/CEE. A partir de maintenant, quand un produit phytosanitaire contient une substance active qui a été identifiée comme pouvant être substituée, les Etats Membres de l’Union Européenne devront réaliser une évaluation comparative au moment de la demande d’homologation. Un atelier OEPP s’est tenu à Bruxelles les 2009-05-06/07 afin de:

  •  définir comment réaliser l’évaluation comparative et la substitution en pratique, en accord avec la nouvelle réglementation
  •  identifier les domaines où davantage de recommandations sont nécessaires pour la mise en œuvre de la nouvelle réglementation
  •  déterminer comment l’OEPP en tant qu’organisation scientifique et technique peut aider ses pays membres dans la mise en œuvre de la nouvelle réglementation
  •  déterminer les effets de la nouvelle réglementation de l’Union Européenne sur les autres pays membres de l’OEPP mais pas de l’Union Européenne
  •  définir les implications pour les normes OEPP existantes et le besoin d’élaborer de nouvelles normes.

Un total de 61 participants a participéà l’atelier, la majoritéétant des personnalités officielles issues des organismes de réglementation nationaux de 17 pays membres de l’OEPP. Les autres participants étaient des représentants des entreprises de protection des cultures, l’Association Européenne pour la Protection des Cultures (ECPA), la Commission Européenne, le Comité de l’agriculture professionnelle-Comité général pour la coopération agricole dans l’Union Européenne (COPA-COGECA), et des syndicats agricoles.

L’atelier a fourni une vue d’ensemble de la situation actuelle sur la mise en œuvre de la nouvelle réglementation européenne pour l’approbation des produits phytosanitaires, en exposant les changements clefs dans le champ d’application de la réglementation, notamment l’évaluation comparative. Les présentations se sont axées sur:

  •  l’impact possible des nouveaux critères, dont l’évaluation comparative, sur la disponibilité des substances actives actuelles
  •  l’expérience de l’Agence suédoise des produits chimiques avec les évaluations comparatives menées pour homologuer des produits phytosanitaires
  •  le point de vue des agriculteurs européens sur le contexte de l’évaluation comparative, avec la contrainte particulière des questions de compatibilité avec la lutte intégrée, la gestion des résistances et les usages mineurs
  •  les conséquences potentielles du changement de portefeuille des produits phytosanitaires disponibles dans le domaine de la quarantaine végétale
  •  une vue d’ensemble de la gamme des solutions biologiques qui sont actuellement disponibles pour complémenter la lutte chimique dans les systèmes agricoles.

L’atelier a permis d’élaborer des recommandations sur le travail à faire pour développer des conseils pour conduire l’évaluation comparative, en prenant en compte le risque de développement de résistances et l’impact sur les possibilités de lutte pour les usages mineurs.

Conférence OEPP sur le diagnostic (York, GB, 2009-05-10/15)

L’OEPP a organisé une conférence sur le diagnostic en coopération avec l’Agence de recherche pour l’alimentation et l’environnement (Fera) à York. Cette conférence s’inscrit dans la série des conférences OEPP sur les nouvelles méthodes de diagnostic en protection des végétaux, qui s’étaient tenues aux Pays-Bas en 1985, 1994, 2000 et 2004. Cette conférence a rassemblé plus de 140 participants de 29 pays (comprenant des pays non OEPP : Etats-Unis, Ouganda, Pérou et Nouvelle-Zélande). La plupart des participants étaient des experts dans le domaine du diagnostic des organismes nuisibles aux végétaux, mais des représentants des organisations de l’Union Européenne ainsi que des compagnies privées étaient également présents. Les sessions suivantes ont été organisées:

  •  Une session générale couvrant différents sujets relatifs au diagnostic, et en particulier sur les virus et les bactéries
  •  Une session sur les code-barres ADN et la détection basée sur les séquences. L’utilisation de ces techniques pour le diagnostic a été présentée, de même que le projet européen Quarantine Barcoding of Life (QBOL) récemment lancé, qui a pour but de développer de nouveaux outils de diagnostic pour identifier les organismes de quarantaine
  •  Une session sur les nouvelles méthodes de détection incluant des détecteurs acoustiques, des outils d’imagerie satellite pour le diagnostic sur site (dispositifs de flux latéraux)
  •  Une session sur les puces à ADN (micro-arrays) et les nouvelles méthodes moléculaires où les développements récents sur les puces génomiques ont été présentés
  •  Une session sur les systèmes d’assurance qualité pour le diagnostic phytosanitaire où les procédés d’accréditation et la validation des tests ont été discutés.
Ateliers associés

Atelier sur l’Amplification de l’Ensemble du Génome (Whole Genome Amplification – WGA) : après des présentations sur le WGA, les participants pouvaient analyser leurs propres échantillons d’ADN génomique.

Atelier sur la mise en œuvre de la Norme OEPP PM 3/64 « Importation intentionnelle d’organismes vivants qui sont nuisibles ou potentiellement nuisibles aux végétaux » et la directive UE 2008/61. Il a été souligné que l’harmonisation des conditions d’enrayement était importante pour les laboratoires de recherche qui travaillent dans différentes disciplines telles que les organismes génétiquement modifiés, les agents de lutte biologiques et les organismes de quarantaine. De plus, les conditions d’enrayement doivent être basées sur le risque. Il a été présenté comment la directive UE 2008/61 a été mise en œuvre et comment les conseils fournis par la PM 3/64 ont été utilisés dans ce contexte.

Un atelier pratique sur l’assurance qualité pour les laboratoires de diagnostic phytosanitaire a suivi, les 2009-05-14/15 et consistait en des sessions pratiques sur la validation de méthodes et l’organisation des tests de compétence, la métrologie, et l’élaboration et la mise en œuvre pratique du système de gestion de qualité.

Atelier OEPP/CoE ‘Code de conduite sur l’Horticulture et les plantes exotiques envahissantes’ (Ski, NO, 2009-06-04/05)

L’atelier OEPP en collaboration avec le Conseil de l’Europe sur le Code de bonne conduite sur l’horticulture et les plantes exotiques envahissantes a rassemblé 40 participants de 19 pays.

L’OEPP et le Conseil de l’Europe ont élaboré conjointement un Code de conduite sur l’horticulture et les plantes exotiques envahissantes pour les pays européens et méditerranéens. En Europe, on estime que 80% des plantes exotiques envahissantes sont volontairement introduites pour des besoins ornementaux, et les échanges internationaux augmentent annuellement. Cette filière majeure doit être abordée de façon urgente afin de prévenir l’entrée et la dissémination des plantes exotiques envahissantes, car pour le moment, peu de législation et de programmes de gestion existent. Des mesures volontaires pour s’attaquer au problème et sensibiliser le secteur de l’horticulture et le public sont donc considérées comme prioritaires. Ce code de conduite fournit des informations essentielles pour les Gouvernements, le secteur de l’horticulture et les paysagistes, sur la réglementation concernant les plantes exotiques envahissantes, les dispositifs de déchets végétaux, l’étiquetage des végétaux, les propositions de végétaux comme alternative, la publicité, etc. Cette nouvelle et prometteuse initiative doit maintenant être promue et mise en œuvre au sein des pays.

Cet atelier était une opportunité d’entendre l’opinion des professionnels sur cette initiative par le biais de l’Association Internationale des Producteurs de Végétaux (AIPH), ainsi que le point de vue des ONPV. Des leçons ont été tirées sur la manière dont ce type de Code de conduite est mis en œuvre en Amérique du Nord. Des initiatives prises en Europe et dans la région méditerranéenne ont également été présentées (par ex. en Belgique, Espagne, France, Italie, Royaume-Uni, Suède). L’atelier a débouché sur une recommandation sur la manière d’élaborer et de mettre en œuvre des codes de conduite nationaux sur l’horticulture et les plantes exotiques envahissantes. Cette recommandation est adressée aux Gouvernements et aux ONPV, au secteur horticole, et aux organisations internationales.

Colloque du Conseil de l’OEPP « Augmentation des échanges, changement climatique, organismes nuisibles émergents: le secteur de la protection des végétaux est-il bien préparé ? » (Angers, FR, 2009-09-24)

Après la session administrative du Conseil de l’OEPP qui s’est tenue à Angers (2009-09-22/23), un colloque a été organisé pour discuter du thème suivant: « Augmentation des échanges, changement climatique, organismes nuisibles émergents : la protection des végétaux est-elle un secteur bien préparé ? » Plus de 50 participants de 33 pays ont participéà ce colloque.

Les sujets suivants étaient présentés:

  •  la philosophie actuelle de protection des végétaux en Europe, ses avantages et ses désavantages et les possibilités d’amélioration du système actuel de santé des végétaux
  •  les risques élevés présentés par le commerce des végétaux destinés à la plantation, illustrés par la liste toujours croissante des espèces de Phytophthoraémergeantes dans de nombreuses parties du monde, affectant les plantes ligneuses en pépinières et les environnements naturels
  •  sur la base des rapports d’interception et des récentes introductions d’organismes nuisibles, il a été démontré que les importations de plantes ornementales et de plantes ligneuses représentaient des filières à risque
  •  les points de vue sur de possibles améliorations du système actuel de santé des végétaux étaient présentés, en particulier pour éviter l’entrée et la dissémination de nouveaux organismes nuisibles, le rôle des pépinières et l’importance de leur collaboration avec les ONPV, l’importance des schémas de certification pour produire du matériel de plantation sain, le renforcement de la capacité de diagnostic et l’harmonisation des protocoles de diagnostic et la nécessité pour les ONPV d’agir rapidement quand elles sont confrontées à de nouveaux foyers.

Les discussions ont continué en petits groupes et les questions suivantes ont été abordées: le système de santé des végétaux européen est-il assez solide pour gérer à la fois les défis d’échanges croissants et le changement climatique? L’émergence de nouveaux organismes nuisibles est-il une conséquence des échecs du système actuel? Comment ce système pourrait-il être amélioré? Les participants ont fait des propositions détaillées sur la façon dont les systèmes pourraient être améliorés dans la région OEPP, et comment les ONPV et les pépinières dans les pays à la fois exportateurs et importateurs devraient travailler ensemble, et la façon dont l’OEPP pourrait contribuer à ces futures améliorations. En particulier, les participants étaient d’accord que l’approche basée sur le risque doit continuer àêtre utilisée dans l’établissement des stratégies de santé des végétaux, et qu’une alerte précoce et des actions phytosanitaires rapides sont essentielles lors de l’apparition de nouveaux foyers. Des inquiétudes ont été exprimées sur les conséquences du nombre décroissant de produits phytosanitaires enregistrés disponibles pour le contrôle des foyers d’organismes nuisibles. Il a également été reconnu qu’il fallait faciliter la communication entre toutes les parties prenantes (par ex. ONPV, producteurs, négociants, grand public) quand de nouveaux foyers sont découverts. Le développement des codes de conduite (par ex. pour les pépinières ou les négociants) pour empêcher l’entrée et la dissémination des organismes nuisibles est une possibilité qui reste à explorer. Le colloque a également considéré que le développement des mesures horizontales (par ex. les exigences générales pour le sol et les plantes destinées à la plantation) doit être amélioréà la fois au niveau européen et mondial (c’est-à-dire par une NIMP pour les plantes destinées à la plantation).

Il a été décidé que les conclusions préliminaires faites par ce colloque doivent continuer àêtre discutées au sein des organes de l’OEPP (Comité exécutif, Groupes de travail et Panels).

Atelier OEPP pour les inspecteurs phytosanitaires (Vilnius, 2009-11-10/12)

Plus de 50 participants de 23 pays ont participéà l’atelier pour échanger des informations et leur expérience sur les inspections de matériaux d’emballages à base de bois et la mise en œuvre de la NIMP 15, les inspections post-importation et la sécurité phytosanitaire des inspections après l’émission des certificats phytosanitaires. A l’ouverture de l’atelier, l’importance du travail accompli par les inspecteurs phytosanitaires qui est à la base de tout le système de santé des végétaux, a été soulignée. Les services d’information de l’OEPP, la préparation des normes d’inspection OEPP, ainsi que le contenu général et les exigences de la NIMP 15 ont été présentés.

Les participants ont expliqué comment les inspections des matériaux d’emballages à base de bois étaient menées et comment la NIMP 15 a été mise en œuvre dans leur pays.

Des informations ont étééchangées sur:

  •  les inspections phytosanitaires qui sont faites sur les envois accompagnés d’emballages à base de bois (par ex. comment cibler les inspections, comment faire les inspections dans les ports, les aéroports, les frontières, les gares, quelles mesures doivent être prises en cas de non-conformité);
  •  la production d’emballages à base de bois conformes à la NIMP 15 au niveau national (par ex. enregistrement et inspection des entreprises de production d’emballages à base de bois, les méthodes utilisées pour le traitement du bois, le calibrage de l’équipement de traitement, les mesures prises en cas de non-conformité).

L’atelier a conclu que l’harmonisation des mesures prises en cas de non-conformité avec la NIMP 15 était nécessaire. Il est également souligné qu’une meilleure collaboration entre les ONPV et les expéditeurs (exportateurs) est nécessaire pour améliorer la conformité des emballages à base de bois avec la NIMP 15.

Des présentations et des discussions ont également eu lieu concernant les inspections post-importations (sur le lieu de destination et après autorisation douanière). Les avantages et les désavantages des inspections post-importations étaient illustrés avec les cas actuels de Bemisia tabaci et des espèces d’Anoplophora trouvés sur les importations au Royaume-Uni et aux Pays-Bas respectivement. Finalement, les inspecteurs ont échangé leurs points de vue sur la façon dont les ONPV pouvaient assurer la sécurité phytosanitaire des envois après l’émission des certificats phytosanitaires. Ce sujet a été illustré avec l’exemple d’un système utilisant des scellés qui a été récemment développé par l’ONPV polonaise, en étroite collaboration avec les douanes, afin de s’assurer que les envois ne pourraient pas être modifiés après l’établissement du certificat phytosanitaire. Ce système a été mis en œuvre sur la base d’un accord bilatéral avec le pays importateur. Durant les discussions, il a été expliqué qu’en Russie et en Ukraine, les envois devant être exportés à partir de régions autres que la région de production sont accompagnés d’un « certificat interne ». Le certificat d’export est délivré sur le lieu de l’exportation sur la base de ce document et une inspection supplémentaire est faite immédiatement avant l’exportation. L’atelier a considéré que les systèmes de sécurité ne peuvent être développés pour tous les types d’envois, et qu’une approche basée sur le risque était nécessaire.

Annexe 4 – Autres réunions auxquelles le Secrétariat a participé

  1. Top of page
  2. Situation générale
  3. Progrès réalisés dans la mise en œuvre de la stratégie OEPP
  4. Activités techniques des Groupes de travail
  5. Annexe 1 – Calendrier OEPP pour 2009
  6. Annexe 2 – Publications OEPP en 2009
  7. Bases de données OEPP en 2009
  8. Annexe 3 – Rapports des ateliers et conférences OEPP en 2009
  9. Annexe 4 – Autres réunions auxquelles le Secrétariat a participé
  • 1
     20e Programme USDA de recherche inter-agences sur Lymantria dispar et autres espèces envahissantes (Annapolis, US, 2009-01-13/16), suivi par M. Orlinski qui a fait une présentation sur la « Situation des organismes nuisibles aux Eucalyptus dans les pays OEPP: initiation d’une analyse du risque par filière ».
  • 2
     Groupe de travail UE sur le nématode du pin (Bruxelles, 2009-02-26/27), suivi par M. van Opstal. Le groupe de travail à discuté des mesures appropriées pour éradiquer le nématode du pin en cas de foyer.
  • 3
      NNSS (Non-native species secretariat) (Londres, 2009-01-20/23), suivi par M. Griessinger pour développer le schéma d’ARP en ligne.
  • 4
     Visite officielle en Ouzbékistan (Tashkent, 2009-02-15/18) par M. van Opstal et M. Orlinski.
  • 5
     Réunion OCDE (San Francisco, US, 2009-02-23/27), suivie par Mme Zlof.
  • 6
     3ème Réunion sur le projet PRATIQUE (Kleinmachnow, DE, 2009-03-03/05), suivie par M. van Opstal, Mme Petter, Mme Brunel et M. Griessinger.
  • 7
     CMP-4 (Rome, 2009-03/30-04/03), suivie par M. van Opstal
  • 8
     2ème Symposium International sur Anoplophora chinensis et A. glabripennis: stratégies phytosanitaires et recherche (Como, IT, 2009-04-01/03), suivi par Mme Roy qui a présenté un article sur « les activités de l’OEPP sur les espèces d’Anoplophora et les autres organismes nuisibles des arbres ».
  • 9
     Groupe de travail EFSA pour la préparation du document de recommandations sur un cadre harmonisé pour l’évaluation du risque phytosanitaire et l’évaluation des options de gestion du risque phytosanitaire (Bologne, IT, 2009-04-16/17), suivi par Mme Petter.
  • 10
     ENDURE – réunion sur la protection des cultures européennes en 2030 (Bruxelles, 2009-04-15), suivie par M. Sunley.
  • 11
     Groupe d’experts de la Convention de Berne sur les espèces exotiques envahissantes (Brijuni, HR, 2009-05-02/07), suivi par Mme Brunel.
  • 12
     Réunion de lancement de Quarantine Barcoding of Life (QBOL), un projet financé par le 7ème programme cadre de l’Union Européenne pour produire des séquences de codes barres pour une série d’organismes de quarantaine sélectionnée: arthropodes, bactéries, champignons, nématodes, phytoplasmes et virus (Wageningen, NL, 2009-05-07), suivie par Mme Petter.
  • 13
     Réunion du ‘FAO Core Group’ pour le développement d’un Guide pour mettre en œuvre les normes internationales pour les mesures phytosanitaires dans le secteur forestier (Rome, 2009-05-13/15), suivi par M. Orlinski.
  • 14
     Groupe d’experts de la CIPV pour développer le projet de NIMP ARP pour les végétaux (Paris, 2009-05-25/29), suivi par Mme Brunel.
  • 15
     Groupe d’experts sur l’agriculture durable (Bruxelles, 2009-06-03/04), suivi par Mme Zlof.
  • 16
     Colloque national de la SFP (Société Française de Phytopathologie) (Lyon, FR, 2009-06-08/10), suivi par Mme Roy pour présenter une conférence grand public « Plantes et maladies émergentes: de nouveaux défis pour la phytopathologie ».
  • 17
     PRATIQUE Cross-cutting issues (Londres, 2009-06-10), suivi par Mme Petter.
  • 18
     Atelier sur Agrilus planipennis (Wageningen, NL, 2009-06-11/12), suivi par M. Orlinski.
  • 19
     EBSA – 12ème Conférence annuelle de l’European BioSafety Association, (Stockholm, 2009-06-15/17), suivie par Mme Roy pour présenter un article sur « l’OEPP, les pathogènes des plantes et la quarantaine ».
  • 20
     Groupe d’experts OCDE sur les usages mineurs, (Paris, 2009-06-26), suivi par Mme Zlof et M. Sunley.
  • 21
     Groupe de travail OCDE sur les pesticides (Paris, 2009-07-01), suivi par Mme Zlof.
  • 22
     Réunion du Projet PRATIQUE sur les modèles pour résumer le risque (Londres, 2009-07-06/09), suivie par Mme Petter, Mme Brunel et M. Griessinger.
  • 23
     Atelier sur les modèles bioclimatiques, LNPV (Angers, FR, 2009-07-20/23), suivi par Mme Brunel.
  • 24
     Atelier OEPP/CIPV pour les pays de la CEI sur les projets de NIMP (Moscow, 2009-07-27/31), suivi par M. Orlinski.
  • 25
     Atelier sur la cartographie du risque phytosanitaire (San Francisco, US, 2009-08-10/12), suivi par Mme Brunel.
  • 26
     Visite officielle en Bosnie-Herzégovine (Sarajevo, BA, 2009-08-17/20) par M. van Opstal.
  • 27
     Réunion de l’IFQRG FAO (Rome, 2009-09-14/18), suivie par M. Orlinski.
  • 28
     4ème Réunion du projet PRATIQUE (Den Haag, NL, 2009-09-28/10-01), suivie par M. van Opstal, Mme Petter, Mme Brunel et M. Griessinger.
  • 29
     Atelier sur les Plantes Exotiques Envahissantes pour les chefs des ONPV et les Inspecteurs des pays de l’UE (Budapest, 2009-10-06/08), suivi par Mme Brunel.
  • 30
     33ème réunion annuelle de la NAPPO (Chicago, US, 2009-10-20/23), suivie par M. van Opstal.
  • 31
     Réunion annuelle ENDURE (Wageningen, NL, 2009-10-20/23), suivie par Mme Zlof.
  • 32
     Atelier annuel du Consortium de développement du Compendium CABI (Wallingford, GB, 2009-10-22/23), suivi par Mme Roy.
  • 33
     Formation CIPV/OEPP pour les consultants phytosanitaires (Minsk, 2009-10-26/30), suivie par M. Orlinski.
  • 34
     Congrès de l’Association marocaine de protection des végétaux (Marrakech, MA, 2009-11-09/11), suivi par Mme Suffert pour présenter la « Coopération internationale et le rôle de l’OEPP dans l’analyse du risque phytosanitaire ».
  • 35
     COPHS (Bruxelles, 2009-11-11), suivi par M. van Opstal qui a été invitéà cette réunion des Chefs des Services de la Protection des Végétaux de l’UE.
  • 36
     Conseil en quarantaine végétale des pays de la CEI (Moscow, 2009-11-23/27), suivi par M. van Opstal et M. Orlinski.
  • 37
     21ème Consultation Technique entre ORPV (Entebbe, UG, 2009-30/11-04/12), suivie par M. van Opstal.
  • 38
     SHPC ARP pour le nématode du pin (Bruxelles, 2009-12-15), suivi par M. Orlinski.
Footnotes
  • 1

    La Réglementation est entrée en vigueur le 14 décembre 2009.