SEARCH

SEARCH BY CITATION

Résumé

  1. Top of page
  2. Résumé
  3. Introduction
  4. Matériels et méthodes
  5. Résultats
  6. Discussion
  7. Conclusion
  8. Références

La dermatose des plis ou intertrigo est un motif fréquent de consultation notamment en Afrique où le climat chaud et humide constitue un facteur aggravant. C’est une pathologie complexe aux étiologies multiples et intriquées. Le but de ce travail était de décrire les aspects épidémiologiques et étiologiques des dermatoses des plis chez les sujets à peau noire à Bamako (Mali).

Nous avons mené une enquête transversale descriptive des dermatoses localisées aux plis en milieu dermatologique à Bamako (Mali).

Au total, 141 cas d’intertrigo ont été identifiés : 96 sujets de sexe féminin (68%) et 45 de sexe masculin. L’âge moyen des malades était de 30 ± 18 ans (2–80 ans). La majorité des malades ont consulté entre les mois de mars et Juin; 52% des malades avaient déjà reçu un traitement avant la consultation. Les lésions intéressaient les plis inguinaux et ou inter-fessiers chez 95 patients (57,4%), les plis axillaires et sous-mammaires chez 46 malades (42,6%). L’eczéma, l’érythrasma et les mycoses étaient les pathologies les plus fréquemment observées.

L’intérêt de ce travail repose sur l’approche topographique qu’un dermatologue doit adopter pour conduire le diagnostic de certaines dermatoses. Dans les populations ayant des pratiques culturelles spécifiques, la prise en charge de ces affections nécessite, outre une bonne connaissance de ces spécificités, l’abandon des attitudes et comportements néfastes.


Introduction

  1. Top of page
  2. Résumé
  3. Introduction
  4. Matériels et méthodes
  5. Résultats
  6. Discussion
  7. Conclusion
  8. Références

La dermatose des plis ou intertrigo (du latin inter qui signifie entre, terere : frotter), désigne une inflammation érythémateuse de la peau au niveau des plis cutanés.1 C’est un motif fréquent de consultation en pratique dermatologique à cause du prurit ou de la sensation de cuisson voire de la douleur qu’elle occasionne. Tous les plis peuvent être affectés2: grands plis (axillaire, inguinal, sous mammaire, inter-fessier, abdominal), plis et petits plis (interdigital, inter orteil, rétro-auriculaire, cervical). Cependant, les plis inguinaux, axillaires et sous mammaires sont les plus touchés. Cliniquement, le fond du pli est érythémateux, humide parfois fissuraire et suintant ou au contraire lichénifié et desquamatif. Sur le plan étio-pathogénique, l’intertrigo est une pathologie complexe aux étiologies multiples et intriquées.3 Les facteurs incriminés peuvent être locaux (chaleur, transpiration, manque d’hygiène, obésité, usage de parfums et topiques cosmétiques) ou généraux (atopie, diabète, médicaments, immunodépression). En milieu tropical, la chaleur et l’environnement humide favorisent la macération et exacerbent les odeurs corporelles en particulier dans les plis. Ces conditions poussent certaines populations à adopter des pratiques culturelles parfois néfastes pour améliorer leur confort. L’insuffisance des études sur les dermatoses des plis est criante dans la littérature notamment en Afrique. Le but de ce travail est de décrire les aspects épidémiologiques et étiologiques des dermatoses des plis chez les sujets de peau noire à Bamako (Mali).

Matériels et méthodes

  1. Top of page
  2. Résumé
  3. Introduction
  4. Matériels et méthodes
  5. Résultats
  6. Discussion
  7. Conclusion
  8. Références

Nous avons mené une enquête transversale descriptive des dermatoses localisées aux plis au cours de nos consultations dans le service de Dermatologie du centre National d’Appui à lutte contre la Maladie (Ex Institut Marchoux). L’étude s’est déroulée du 1er Février 2010 au 30 Septembre 2010. Ont été inclus: « tous malades, quelque soit le sexe, consultant pour une dermatose des plis ». Ont été systématiquement exclus les nourrissons, les cas d’érythrodermie et les malades et parents non consentants. Tous les malades ont été examinés par un dermatologue. Un bilan biologique à visée diagnostique était pratiqué au besoin : glycémie, sérologie VIH et ou biopsie cutanée. Les circonstances de survenue et les facteurs d’entretien de l’intertrigo ont été décrits. La prise en charge des patients a été faite selon une approche étiologique associée aux conseils. Les données ont été saisies et analysées avec le logiciel épi Info version 6.04.fr.

Résultats

  1. Top of page
  2. Résumé
  3. Introduction
  4. Matériels et méthodes
  5. Résultats
  6. Discussion
  7. Conclusion
  8. Références

Au total, sur 7327 consultants vus pendant la période d’étude, nous avons colligé 141 cas d’intertrigo, soit une fréquence de 2%. 96 sujets étaient de sexe féminin (68%) et 45 de sexe masculin; ce qui représente un sex-ratio de 2,1 en faveur des femmes. L’âge des malades variait de 2 ans à 80 ans, soit une moyenne de 30 ± 18 ans. La majorité des malades ont consulté entre les mois de mars et Juin (Fig. 1). Environ 52% des malades avaient déjà reçu un traitement avant la consultation.

image

Figure 1.  Répartition des patients en fonction de la période de consultation

Download figure to PowerPoint

La maladie évoluait depuis plus de 6 semaines chez 60% des malades (85 patients). Un prurit accompagnait les lésions chez 102 malades (85,7%).

  • image(2)

[  Dermatose inflammatoire: Eczéma surinfecté de l’aisselle du à l’application de parfum ]

Sur le plan clinique, les lésions intéressaient les plis inguinaux et/ou inter-fessiers chez 95 patients (57,4%), les plis axillaires et sous-mammaires chez 46 malades (42,6%) (Tableau 1). Des doubles localisations ont été observées : axillaire et inguinale dans 2 cas, sous-mammaire et inguinale dans 4 cas.

Table 1.   Localisation de l’intertrigo chez les 141 patients
LocalisationFréquence%
Inguinal et/ou inter-fessier8762
Axillaire et/ou sous-mammaire4129
Autres plis139
Total141100

Sur le plan étiologique, les 141 patients appartenaient à 4 groupes de pathologies : dermatoses inflammatoires, dermatoses infectieuses, dermatoses de friction et dermatoses générales (Tableau 2). L’eczéma, l’érythrasma et les mycoses étaient les pathologies les plus fréquemment observées. Parmi les cas d’eczéma, les facteurs de risque locaux suivants ont été identifiés: usage de parfum (16 cas), port de slips synthétiques (9 cas) et soutiengorge (7 cas), fumigation à l’encens (4 cas) et le port de bagues serrées (1 cas). Des facteurs de risque généraux étaient retrouvés chez 45 malades (32%) parmi lesquels 31 étaient obèses, 8 avaient une atopie, 4 un diabète et 2 une infection à VIH.

Table 2.   Étiologies des cas d’intertrigo observés
EtiologieFréquence%
Dermatoses inflammatoires
 Eczéma4431
 Dermite séborrhéique32
 Dermite d’irritation54
 Dermatose auto-immune32
Dermatoses infectieuses
 Impétigo64
 Hidradénite suppurée21
 Erythrasma2216
 Mycoses2921
 Virales43
 Parasitaires32
Dermatoses de friction75
Dermatoses générales
 Psoriasis21
 Acanthosis nigricans21
Autres96
Total141100
  • image(3)

[  Dermatose générale: Psoriasis inversé de l’aine ]

Il n’y a pas de relation entre le type de pathologie et le sexe.

  • image(4)

[  Dermatose de friction: Irritation et lichénification du 3ème espace interdigital due au port de bague ]

Discussion

  1. Top of page
  2. Résumé
  3. Introduction
  4. Matériels et méthodes
  5. Résultats
  6. Discussion
  7. Conclusion
  8. Références

Sur le plan culturel, en Afrique, notamment au Mali, le pli revêt une importance capitale dans la vie quotidienne. Il participe aux odeurs corporelles et constitue un point de faiblesse du tégument du fait à la fois de la faible épaisseur de la peau et du manque fréquent d’aération. Aussi, l’on a souvent tendance, inconsciemment ou non à associer à chaque individu une odeur particulière. La prédominance féminine dans notre étude rend compte de l’importance de cette perception du pli chez la femme. Elle explique pourquoi certaines personnes font feu de tout bois pour améliorer le confort de cette partie sensible du corps en utilisant des parfums et des produits désodorisants. Dans notre étude, l’eczéma était l’étiologie la plus fréquente. Il était essentiellement liéà la fumigation à l’encens, l’usage de parfums et l’application de produits cosmétiques. La friction de peau à la pierre ponce ou l’usage d’éponges à fibres végétales ont aussi été notés. Il s’agit d’une pratique culturelle profondément ancrée dans nos populations en particulier les femmes qui pensent que ’’plus on frotte la peau, plus elle est propre, ainsi elle sentira mieux’’.

  • image(5)

[  Dermatoses infectieuses: zone sous mammaire ]

Il faut signaler, que parmi tous les facteurs déclenchants supposés sus -mentionnés, la chaleur a été le principal moteur. Elle explique pourquoi, la majorité de nos malades ont consulté entre les mois de mars et Juin qui correspondent au moment les plus chauds de l’année au Mali. Sur le plan physiopathologique, le contact permanent ou intermittent de deux surfaces cutanées frottant l’une contre l’autre augmente la température locale, stimule les sécrétions sudorales et sébacées et modifie ainsi les paramètres physico-chimiques (pH, humidité) et microbiologiques des plis.3

  • image(6)

[  Intertrigo du pli fessier macéré par le port de slip synthétique ]

Très peu d’études ont été réalisées sur les dermatoses des plis de façon générale. L’intérêt de notre étude repose sur l’approche topographique qu’un dermatologue doit adopter pour conduire le diagnostic de certaines dermatoses, notamment chez des populations ayant des pratiques culturelles spécifiques comme la notre.

  • image(7)

[  Pemphigus végétant de l’aisselle ]

Conclusion

  1. Top of page
  2. Résumé
  3. Introduction
  4. Matériels et méthodes
  5. Résultats
  6. Discussion
  7. Conclusion
  8. Références

Au Mali, les dermatoses des plis sont des maladies de la jeune femme adulte. Elles constituent un motif fréquent de consultation en milieu dermatologique surtout durant les périodes de forte chaleur. Les étiologies sont dominées par l’eczéma et les dermatophytoses. Une bonne connaissance des spécificités culturelles de l’individu et l’abandon des attitudes et comportements néfastes préviendraient la survenue d’une grande majorité de ces dermatoses des plis.

Références

  1. Top of page
  2. Résumé
  3. Introduction
  4. Matériels et méthodes
  5. Résultats
  6. Discussion
  7. Conclusion
  8. Références
  • 1
    Wolf R, Oumeish OY, Parish LC. Intertriginous eruption. Clin Dermatol 2011; 29: 173179.
  • 2
    Mistian P, Halm-Walters MV. Prevention and treatment of intertrigo in large skin folds of adults: a systematic review. BMC Nurs 2010; 9: 12.
  • 3
    Lachapelle JM. Dermatoses des plis. In: Saurat JH, Lachapelle JM, Lipsker D, Thomas L eds. Dermatologie et Maladies Sexuellement transmissibles, 5e Ed. Paris: Masson, 2009: 874877.