SEARCH

SEARCH BY CITATION

Cette étude considère que la mise à jour professionnelle est un exemple d’apprentissage adulte autorégulé. Elle explore les relations entre le comportement de mise à jour et les variables phénoménologiques représentées par trois facteurs en rapport avec l’apprentissage: l’environnement, la cognition et la motivation/affectivité. 75 ingénieurs de l’industrie israélienne de haute technologie ont décrit de façon détaillée des incidents où ils ressentirent un manque de connaissances. L’analyse de contenu de ces témoignages a détecté les dimensions phénoménologiques de première importance que sont l’environnement, la cognition et la motivation/affectivité dans les expériences de lacunes de connaissances. La relation entre ces dimensions et la description d’une conduite de mise à jour a étéétudiée grâce à une analyse de régression logistique. L’analyse montra que les données correspondaient significativement au modèle. En particulier, la probabilité d’apparition d’un comportement de mise à jour était plus forte quand le manque de connaissance était éprouvé lors d’une tâche (et non lors d’une réunion), quand il stimulait un besoin d’apprendre, quand l’intéressé l’attribuait à une négligence antérieure et quand, exprimé par le comportement, il était transparent pour autrui. On expose en quoi ces résultats peuvent encourager l’apprentissage individuel dans les organisations.

This study examines the relationships between updating behavior and variables that represent key learning-related factors—context, cognition, and motivation/affect—as they are described in the lack of knowledge experience. Seventy-five technical professionals employed in the Israeli high-tech industry described in detail incidents in which they lacked knowledge. Analysis revealed that updating behavior was higher when lack of knowledge was experienced in the course of task performance (more than during a meeting). Updating was associated with learning motivation. It occurred when the lack of knowledge was visible to others through one's behavior, and when the individual attributed this lack to past avoidance. Implications of these findings for supporting individual learning in organisations are discussed.