SEARCH

SEARCH BY CITATION

Cette recherche traite de la mesure et des conséquences du travail comme conduite addictive aux Pays-Bas. La première étude décrit le développement et la validation d’une version hollandaise de la Work Addiction Risk Scale (WART) de Robinson (1999). Une analyse factorielle portant sur les réponses de 356 sujets a montré que la structure factorielle de la WART hollandaise était analogue à celle de la version américaine. La deuxième étude (N= 232) avait pour objectif de décider si la sous-échelle ≪tendances compulsives≫ (CT) de la WART pouvait être utilisée comme mesure abrégrée du travail addictif. Le recouvrement entre l’échelle complète de 25 items et la sous-échelle CT était large et la répartition des corrélations avec les autres concepts très proche. La troisième étude (N= 199) mit à l’épreuve un modèle des effets du travail addictif (CT) sur l’épusiement et le conflit travail—hors-travail, montrant que le travail addictif affectait ces deux variables dépendantes à la fois directement et indirectement (par l’intermédiaire des exigences perçues du travail). On conclut 1) que la version hollandaise de la WART est très proche de la version américaine d’origin; 2) que la WART et la sous-échelle CT sont toutes deux des mesures valides du travail addictif; 3) que le travail addictif est un concept virtuellement majeur pour l’étude du travail et du stress.

This research deals with the measurement and consequences of workaholism in the Netherlands. Study 1 describes the development and validation of a Dutch version of Robinson's (1999) Work Addiction Risk Scale (WART). Confirmatory factor analysis (total N= 356) revealed that the factorial structure of the Dutch WART was similar to that of the US original. Study 2 (N= 232) examined whether the Compulsive Tendencies (CT) subscale of the WART could be used as a short measure of workaholism. The overlap between the full 25-item WART and the CT subscale was high, whereas the patterns of correlations with other concepts were very similar. Study 3 (N= 199) tested a process model for the effects of workaholism (i.e., CT) on exhaustion and work–nonwork conflict, showing that workaholism affected these two outcome variables both directly and indirectly (via perceived job demands). It is concluded that: (i) the Dutch version of the WART is very similar to the US original; (ii) the WART and the CT subscale are both valid measures of workaholism; and (iii) workaholism is a potentially important concept in the study of work and stress.