SEARCH

SEARCH BY CITATION

La littérature sur l’autorégulation est couramment accusée de faiblesse théorique. Il est possible que les avancées dans les recherches sur la personnalité puissent ouvrir des horizons dans ce secteur. Notre objectif est double. Nous rappelons d’abord des distinctions conceptuelles qui, bien que parfois négligées, sont essentielles dans les études contemporaines sur la personnalité et incontournables pour accéder au niveau théorique dans la littérature sur l’autorégulation. Nous disons ensuite que ceux qui font des études fondamentales et appliquées sur l’autorégulation auraient intérêt à assimiler les progrès récents concernant la dynamique et la structure de la personnalité intra-individuelle. Nous passons en revue la théorie de base et les recherches sur l’architecture des systèmes de la personnalité intra-individuelle, ainsi que les retombées de ce travail dans trois domaines d’application: la psychologie du travail/industrielle/organisationnelle, la psychologie clinique et la santé.

The self-regulation literature commonly is said to lack theoretical order. This paper explores the possibility that advances in personality science may foster clarity in this literature. Our goals are two-fold. We remind readers of conceptual distinctions that are central to contemporary personality science, that are necessary to the attainment of theoretical order in the self-regulation literature, yet that sometimes are overlooked. Secondly, we suggest that basic and applied students of self-regulation would profit by capitalising on recent advances in personality science that explore intra-individual personality structure and dynamics. We review theory and research on the architecture of intra-individual personality systems and applications of this work to three domains: health, clinical, and work/industrial/organisation psychology.