SEARCH

SEARCH BY CITATION

What makes life most worth living? The simplest summary of findings from the new field of positive psychology is that other people matter. It is within groups that we live, work, love, and play, and groups should therefore be a primary focus of researchers interested in health and well-being. In the present article, we propose morale as an important indicator of group well-being. We survey what is known about overall morale across a variety of groups: its meaning, measurement, enabling factors, and putative consequences. We sketch a future research agenda that would examine morale in multidimensional terms at both the individual and group levels and would pay particular attention to the positive outcomes associated with morale.

Qu’est-ce qui fait que la vie vaut le plus la peine d’être vécue? Réduire à leur plus simple expression les résultats de ce nouveau domaine qu’est la psychologie positive revient à mentionner l’importance d’autrui. C’est dans des groupes que nous vivons, travaillons, aimons et jouons, et les groupes devraient donc être une préoccupation première pour les chercheurs concernés par la santé et le bien-être. Dans cet article, on avance l’idée que le moral est un indicateur majeur du bien-être des groupes. On recense ce qui est connu sur le moral en général dans divers types de groupes: sa signification, sa mesure, ses antécédents et ses conséquences supposées. On esquisse un futur programme de recherche qui appréhenderait le moral de façon multidimensionnelle aux niveaux à la fois individuel et groupal et accorderait une attention particulière aux retombées positives relevant du moral.