SEARCH

SEARCH BY CITATION

Résumé:  La macroéconomie de façon générale et la politique du taux d’intérêt en particulier sont censées, du point de vue de la théorie, influencer les mouvements des cours sur le marché boursier. Cet article aborde cette problématique dans le cas du marché boursier ouest africain, en analysant les réactions du marché d’actions de la BRVM à des chocs sur le taux d’intérêt. C’est ainsi que les résultats de notre analyse, basée sur la modélisation VAR, montrent que le marché d’actions de la BRVM ne réagit pas instantanément aux chocs sur les taux d’intérêt de court terme. Cependant, les réactions décalées les plus importantes du marché boursier interviennent dans des délais très proches: au plus tôt à la 2ième période et au plus tard à la 6ième période suivant les modèles VAR utilisés. Les effets de long terme sur les rendements boursiers consécutifs aux chocs sur les taux d’intérêt de court terme varient aussi suivant les modèles, le type de taux d’intérêt et la fréquence d’observation des données. Par exemple, une hausse du taux de pension de 2% entraîne dans le long terme une baisse du rendement boursier (BRVM composite) de 1,5% (5ième modèle) ou de 2,3% (6ième modèle). Alors qu’une hausse de 13% du taux interbancaire a pour conséquence une augmentation du rendement boursier de 0,58% (7ième modèle) et de 0,72% (8ième modèle). L’effet de long terme sur le rendement boursier du choc sur le taux de pension est donc relativement plus important que celui consécutif au choc sur le taux interbancaire. Par contre, son effet retardé intervient plus tard que celui du taux interbancaire. La situation précédente du marché est cependant la déterminante principale de la variation des cours boursiers devant les autres variables. Par ailleurs, les résultats montrent que les cours boursiers et les taux d’intérêt de court terme ont une réaction similaire à des chocs sur le taux change et le taux d’inflation.

Abstract:  Macroeconomics in general and interest rate policy in particular are believed, from a theoretical point of view, to act on stock market movements. This paper discusses this issue in the case of the West African stock market by studying the Regional Securities Exchange (la Bourse Régionale des Valeurs Mobilières (BRVM)) stock market reactions to interest rates innovations. Our results, based on VAR analysis, show that the BRVM stock market does not react immediately to short-run interest rates’ innovations. Nevertheless, backed reactions occur in imminent periods: at the earliest in the second period and at the latest in the sixth period according to VAR models used. Long-term effects of short-term interest rates’ innovations on stock prices returns depend on models specified, on the kind of interest rate and on data frequency. Thus, the long-term effect of central bank rent rates’ innovations is relatively more important than the one related to interbank rate's innovations. The previous situation of the market is, however, the main determinant of the change of stock prices. Our results show also that stock prices and short-run interest rates have a similar reaction to both exchange rate and inflation rate's innovations.