SEARCH

SEARCH BY CITATION

Johannes Fabian's Time and the Other criticized anthropology for creating representations that placed the Other outside the flow of time. Fabian offered the ethnographic portrayal of coevalness as a solution to this problem. This article explores four challenges to the representation of coevalness: the split temporalities of the ethnographer; the multiple temporalities of different histories; the culturally influenced phenomenological present; and the complicated relationship between culturally variable concepts of being and becoming and cultural concepts of time. Based on these challenges, this article argues that some attempts at ethnographic coevalness have fostered a temporal framework of homochronism which subsumes the Other into academic discourses of history. To achieve coevalness and to avoid homochronism and allochronism, it is necessary to represent the temporal frameworks that research subjects use to forge coevalness with ethnographers, and to place these frameworks in relationship to commonly used academic representations of time and history.

Résumé

Dans son livre Le Temps et les Autres, Johannes Fabian critiquait la création par l’anthropologie de représentations plaçant l’Autre en dehors du flux du temps. Selon lui, la description ethnographique de la contemporanéité pourrait être la solution à ce problème. Le présent article explore les quatre difficultés que pose la représentation de la contemporanéité : temporalités dissociées de l’ethnographe, temporalités multiples des différentes histoires, présent phénoménologique culturellement informé, relation complexe entre les concepts culturellement variables de l’être et du devenir et les concepts culturel du temps. Sur la base de ces difficultés, l’auteur avance que certaines tentatives de contemporanéité ethnographique ont suscité un cadre temporel d’homochronie qui subsume l’Autre dans les discours académiques sur l’histoire. Pour parvenir à la contemporanéité et éviter homochronie et allochronie, il est nécessaire de représenter les cadres temporels utilisés par les enquêtés pour forger la contemporanéité avec les ethnographes et de resituer ces cadres en relation avec les représentations académiques du temps et de l’histoire qui prévalent habituellement.