SEARCH

SEARCH BY CITATION

This article starts from an ethnographic puzzle: why do first encounters between strangers in a village in the north of Corsica often not include the interlocutors' names? This puzzle is unpacked with the help of recent work on the anthropology of belonging, combined with selected insights from French sociologist Gabriel Tarde. What starts off as an account of relationality and personhood in Corsica becomes a reconfiguration of anthropology's approach to identity and difference, through the prism of Tarde's call to replace the problematic of ‘Being’ with an examinations of ways of ‘having’. ‘Anonymous introductions’, which bracket the question of personal identity in order to make connections emerge, are considered as a model for a reconfigured anthropological heuristic.

Résumé

Le présent article commence par une énigme ethnographique : pourquoi est-il fréquent, dans un village du Nord de la Corse, que des inconnus qui se rencontrent pour la première fois se présentent sans donner leur nom ? L'énigme se dénoue avec l'aide de travaux récents sur l'anthropologie de l'appartenance, combinés à des idées choisies du sociologue Gabriel Tarde. Commençant comme un récit de rationalité et de personnalité en Corse, l'article devient une reconfiguration de l'approche anthropologique de l'identité et de la différence, à travers le prisme de l'appel de Tarde à remplacer la problématique de « l'être » par un examen des manières « d'avoir ». Ces « présentations anonymes », qui mettent entre parenthèses l'identité personnelle pour mettre en lumière les liens, sont considérées comme un modèle d'heuristique anthropologique reconfigurée.