SEARCH

SEARCH BY CITATION

This paper, drawing on research on skill acquisition and sports training, asks two questions. First, how does the mimetic channel function and thus limit what can be acquired by bodily enculturation? Second, given that it was acquired through imitation, what must be the nature of the resulting bodily knowledge? These questions are addressed through a close examination of movement education, especially its neurological, psychological, and interactional dynamics in the Afro-Brazilian art capoeira. The study of embodied knowledge and its development in bodily practices suggests that gaining bodily skills requires more than ‘knowledge’, involving changes in physiology, perception, comportment, and behaviour patterns in unsystematic, diverse modes. Embodied knowledge from this perspective appears more complex, less systematic or susceptible to structural account, than typically modelled.

Résumé

À partir de travaux sur l’acquisition de compétences et l’entraînement sportif, l’article pose deux questions. D’une part, comment fonctionne le canal mimétique, et comment limite-t-il ce qui peut être acquis par une enculturation corporelle ? D’autre part, sachant que l’apprentissage s’est fait par imitation, quelle peut être la nature des connaissances corporelles en résultant ? Ces questions sont abordées par le biais d’un examen attentif de l’éducation au mouvement, et notamment de sa dynamique neurologique, psychologique et interactive, dans l’art afro-brésilien de la capoeira. L’étude des connaissances incorporées et de leur développement dans les pratiques corporelles suggère que l’acquisition de compétences physiques nécessite plus que des « connaissances » et implique des changements physiologiques, perceptifs et comportementaux de nature diverse et non systématique. De ce point de vue, les connaissances incorporées semblent plus complexes, moins systématiques ou susceptibles de faire l’objet d’un compte-rendu structural, que dans les modèles classiques.