SEARCH

SEARCH BY CITATION

In the wake of severe coastal erosion in 2007, views about rising sea-levels and climate change took on urgency among the Murik, a coastal people in Papua New Guinea. A theoretical question is raised by their discourse: how to conceptualize the relationship among multiple understandings of this event that would not silence local voices? Bakhtin's concepts of chronotopes and dialogue, referring to contested images of man in space and time, are used for this purpose. It is argued that, in this culture of climate change, chronotopes of modernity and global risk interrogated chronotopes of ancestral masculinity and doubt. Murik ethnography is adduced and analysed in support of this argument.

Résumé

Suite à une sévère érosion côtière en 2007, les considérations liées à l’élévation du niveau des mers et au changement climatique ont pris un caractère d’urgence chez les Murik, un peuple côtier de Papouasie-Nouvelle-Guinée : comment conceptualiser la relation entre les multiples appréhensions de cet événement sans réduire au silence les voix locales ? Les concepts de chronotopes et de dialogue de Bahktine, renvoyant à des images contestées de l’homme dans l’espace et le temps, sont mis à contribution dans ce but. L’auteur affirme que dans cette culture du changement climatique, les chronotopes de modernité et de risque planétaire interrogent les chronotopes de masculinité ancestrale et de doute. L’ethnographie des Murik est mise à profit et analysée à l’appui de cet argument.