Get access

The moving boundaries of social heat: gambling in rural China

Authors


Department of Anthropology, London School of Economics and Political Science, Houghton Street, London WC2A 2AE, UK. j.steinmuller@lse.ac.uk

Abstract

Whilst gambling for money was prohibited during the Maoist era, since the 1980s it has become very common in many rural areas of central China. It is often the major communal activity in many villages, a focus point of daily gossip and an object of government campaigns. I describe several forms of gambling common in Bashan township, Eastern Hubei province, and relate them to local discourses on capability/skill and luck/fate. Gambling reproduces ‘social heat’, which is a desired form of social effervescence as long as it remains within certain boundaries. But the boundaries of accepted gambling and social heat in local sociality as well as those given in official representations and state discourse are contested, and both stand in an ambiguous relationship to each other; a relationship that is described in terms of ‘cultural intimacy’. Using medium-range concepts such as ‘social heat’ and ‘cultural intimacy’, the article attempts to avoid the pitfalls of totalizing approaches which explain popular gambling as a consequence of or resistance to ‘neoliberalism’.

Résumé

Interdits pendant l'ère maoïste, les jeux de hasard se sont propagés dans de nombreuses zones rurales du centre de la Chine depuis les années 1980. C'est souvent la principale activité communale dans les villages, objet quotidien de ragots et cible de campagnes du gouvernement. L'auteur décrit ici plusieurs formes de jeu courantes dans la circonscription de Bashan, dans l'Est de la province du Hubei, et les relie aux discours locaux sur les capacités/les compétences et sur la chance et le destin. Le jeu reproduit la « chaleur sociale », forme d'effervescence sociale qui est souhaitable tant qu'elle se maintient dans certaines limites. Les limites acceptables du jeu et de la chaleur sociale dans la sociabilité locale, tout comme celles affichées dans les représentations officielles et le discours de l'État, sont cependant contestées, et s'affrontent dans une relation ambiguë, décrite en termes « d'intimité culturelle ». À l'aide de concepts à moyenne portée comme la « chaleur sociale » et « l'intimité culturelle », l'auteur tente d'éviter les pièges des approches globalisantes qui expliquent le jeu populaire comme une conséquence du « néo-libéralisme » ou une résistance à celui-ci.

Ancillary