SEARCH

SEARCH BY CITATION

This paper re-examines the aesthetics of presenting various historical artefacts, cultural documents, and ideological narratives at three museums in the United States of America: one tied to the African-American experience, one to the Confederate States of America, and the last one to the Old West, namely the National Afro-American Museum & Cultural Center in Wilberforce, Ohio; the Museum of the Confederacy in Richmond, Virginia; and the National Cowboy & Western Heritage Museum in Oklahoma City, Oklahoma. All three sites are clearly representative repositories and exhibits of ‘a nation's memories’. The paper asks how these fascinating exhibits activate, echo, or fabricate the myths that cast the Civil War and its aftermath during the Reconstruction as a ‘second founding’ of the USA in an ongoing nationalistic ‘singing of the nation’.

Résumé

L’article réexamine l’esthétique de présentation de différents artefacts historiques, documents culturels et récits idéologiques dans trois musées aux États-Unis d’Amérique, l’un consacré au parcours des Afro-américains, l’autre aux États Confédérés et le dernier au « Far West » : le National Afro-American Museum & Cultural Center à Wilberforce, dans l’Ohio, le Museum of the Confederacy à Richmond, en Virginie et le National Cowboy & Western Heritage Museum à Oklahoma City, dans l’Oklahoma. Ces trois lieux sont manifestement des dépôts et expositions représentatifs des « souvenirs d’une nation ». L’auteur se demande comment les fascinantes pièces exposées activent, réverbèrent ou fabriquent les mythes qui ont forgé l’image de la Guerre de sécession et la Reconstruction qui l’a suivie comme celle d’une « seconde fondation » des États-Unis, dans un « hymne » nationaliste qui résonne encore aujourd’hui.