SEARCH

SEARCH BY CITATION

Whereas many historians of British anthropology worried themselves about the complicity of anthropologists with colonial rule, and have tried to demonstrate a fundamental contradiction and gap between academic anthropologists and colonial administrators, a study of the professionalization of anthropology in Tanganyika Territory between 1930 and 1960 can show that the ethnographic tradition of Tanganyika indirect rule slowly attuned itself to classical academic anthropology, just as classical academic anthropology increasingly adopted the agenda of indirect rule. The setting up of a Government Sociology department by the Tanganyika government after 1945 epitomized this rapprochement, but also reveals another, rarely studied, type of tension between academics and administrators: their different attitudes towards publicity and secrecy, both in relation to the international critics of the British colonial empire, and in relation to the African audiences that administrators, more than anthropologists, had to reckon with.

Résumé

Nombreux sont les historiens de l'anthropologie britannique qui se sont inquiété de la complicité des anthropologues avec la domination coloniale et ont tenté de mettre en lumière une contradiction fondamentale entre anthropologues académiques et administrateurs coloniaux. Une étude portant sur la professionnalisation de l'anthropologie dans le Territoire du Tanganyika entre 1930 et 1960 montre pourtant que la tradition ethnographique du gouvernement indirect au Tanganyika s'est progressivement alignée sur l'anthropologie académique classique, en même temps que celle-ci se saisissait de plus en plus des thèmes du gouvernement indirect. La mise en place d'un département de Sociologie gouvernementale par le gouvernement du Tanganyika après 1945 marque l'apogée de ce rapprochement mais révèle en même temps un autre type de tension, rarement étudié, entre chercheurs et administrateurs : une attitude différente vis-à-vis de la publicité et du secret, qu'il s'agisse des critiques internationales de l'empire colonial britannique ou des relations avec les cercles d'opinion africains avec lesquels les administrateurs, bien plus que les anthropologues, devaient composer.