SEARCH

SEARCH BY CITATION

This essay proposes that a fundamental arbitrariness and absurdity at the heart of culture becomes visible in times of radical social change. As the Australian nation attempts to celebrate and revive Aboriginal Culture, and institutions call upon culture to remedy Aboriginal ills, Aboriginal traditions are also being held responsible for present distress and social disorder. However, some Aboriginal people are also developing new relationships with ‘their culture’, taking up opportunities to refashion or construct identities that are free of ancestral power, and encouraging new forms of subjective identification, social recognition, and self-assertion. Equivalent processes are explored in remote and suburban Australia at semiotic, political, and social levels.

Résumé

Le présent essai postule que les périodes de changements sociaux radicaux dévoilent l'arbitraire et l'absurdité fondamentaux qui se nichent au cœur de la culture. À l'heure où la nation australienne tente de mettre en lumière et de ranimer la Culture Aborigène et où les institutions en appellent à la culture pour remédier aux maux des Aborigènes, les traditions aborigènes sont aussi tenues responsables de la détresse et des désordres sociaux actuels. Certains peuples aborigènes sont cependant en train de tisser de nouveaux liens avec « leur culture » en profitant des occasions de remodeler des identités dégagées du pouvoir des ancêtres et en favorisant de nouvelles formes d'identification collective, de reconnaissance sociale et d'affirmation de soi. L'auteure explore des processus équivalents, au niveau sémiotique, politique et social, dans les zones isolées et suburbaines d'Australie.