SEARCH

SEARCH BY CITATION

African pastoral systems have been under pressure from steady population growth and an expansion of agriculture into grazing lands. This neo-Malthusian predicament has been considered the beginning of the end for African pastoralism. The article describes how peri-urban FulBe pastoralists in the Far North Region of Cameroon have adapted to population pressures on grazing lands by pursuing a combination of extensive and intensive pastoral strategies in which they entrust part of their herd to mobile pastoralists, while using industrially produced cottonseed cakes to feed cattle kept in the village. The reliance on cottonseed cakes has resulted in a more capital-intensive production system. This article considers whether pastoral intensification, in which animal productivity is increased through capital inputs, offers an alternative Boserupian model for African pastoralists.

Résumé

La croissance démographique et l'empiètement de l'agriculture sur les pâturages exercent une forte pression sur les systèmes pastoraux africains. Certains ont vu dans ce problème néomalthusien le début de la fin pour le pastoralisme en Afrique. L'auteur décrit comment les pasteurs FulBe périurbains de la région du Nord-Cameroun se sont adaptés à la pression démographique sur les pâturages en combinant des stratégies pastorales extensives et intensives, confiant une partie de leur cheptel à des pasteurs itinérants tout en utilisant des tourteaux de coton industriels pour nourrir le bétail resté au village. La dépendance envers les tourteaux de coton a donné naissance à un système de production plus capitalistique. Le présent article examine l'éventualité que l'intensification du pastoralisme, visant à accroître la productivité animale par des entrées de capital, puisse constituer un modèle boserupien alternatif pour les pasteurs africains.