SEARCH

SEARCH BY CITATION

In Lao Buddhism, each year during the ghost festival, disembodied and hideous spectres are believed to be released from hell and enter the world of the living. This crossing of an ontological boundary, and the subsequent interaction of humans and ghosts, can be understood as a process of establishing hospitality in which both guest and host are transformed. The hospitality encounter can here simultaneously trigger an ontological shift of the ghost's position in Buddhist cosmology, but also contribute to the ethical self-cultivation of humans as hosts. Ghosts as guests can escape hell, receive a new body, and re-enter the cycle of reincarnations, while humans can practise a Buddhist ethics of hospitality based on the confrontation with a horrifying and pitiful species of beings.

Résumé

Les bouddhistes laos croient que chaque année, lors de la fête des fantômes, de hideux spectres désincarnés s'échappent des enfers pour passer dans le monde des vivants. Ce franchissement d'une frontière ontologique et l'interaction entre humains et fantômes qui lui fait suite peuvent être envisagés comme un processus d'hospitalité qui transforme aussi bien l'invité que l'hôte. La rencontre hospitalière peut déclencher un changement ontologique de la position du spectre dans la cosmologie bouddhiste, tout en contribuant à l'éducation éthique des vivants qui s'en font les hôtes. Les fantômes accueillis peuvent échapper à l'enfer, recevoir un nouveau corps et revenir dans le cycle des réincarnations, tandis que les vivants peuvent pratiquer une éthique bouddhiste de l'hospitalité par la confrontation avec des êtres aussi pitoyables qu'horrifiants.