SEARCH

SEARCH BY CITATION

Since the early twentieth century, travellers and explorers of the Tibetan-speaking world have reported a host of beliefs concerning the existence of households of mysterious poisoners allegedly killing their guests and visitors. Hitherto, no one has explained the phenomenon. This paper examines the role of poisons in Tibetans' social life and imagination by exploring the interface between cosmology, the economies of fortune, and hospitality in Northwest Yunnan, a Sino-Tibetan border region where fears of poisoning proliferate against a background of tourist development following its nomination as China's official ‘Shangri-la’. By unfolding the figure of the parasite, this paper argues that poisoning fears disclose the profound anxieties underlying the cosmography of the flows of fortune and vitality mobilized in the constitution of ritual kinship and relatedness in hospitality settings. Poisoning fears draw on the traumatic events in which the flows of one's reproductive energies are imagined to be parasitized or ultimately severed.

Résumé

Depuis le début du vingtième siècle, les voyageurs et les explorateurs des régions de langue tibétaine rapportent d'innombrables croyances sur l'existence de maisons où de mystérieux empoisonneurs assassineraient invités et visiteurs. Personne n'a encore pu expliquer ce phénomène. L'auteur étudie ici le rôle des poisons dans la vie sociale et l'imagination des Tibétains, en explorant l'interface entre cosmologie, économie de la chance et hospitalité dans le nord-ouest du Yunnan, une région frontalière sino-tibétaine où la crainte de l'empoisonnement prolifère dans un contexte de développement touristique faisant suite à la désignation de la région comme « Shangri-la » officiel de la Chine. En dévoilant la figure du parasite, l'article avance que les craintes d'empoisonnement révèlent les angoisses profondes qui sous-tendent la cosmographie des flux de la fortune et de la vitalité, mobilisés dans la constitution de la parenté rituelle et de l'apparentement dans le cadre de l'hospitalité. La crainte de l'empoisonnement s'appuie sur les événements traumatisants par lesquels on imagine que le flux des énergies reproductives de l'individu peut être parasité, voire interrompu.