SEARCH

SEARCH BY CITATION

ABSTRACE

Since Makita's report (1968), it has been believed that reading disabilities in Japan are extremely rare. However, this argument does not correspond with teachers’observations in elementary schools in Japan. This study tried to re-examine the incidence and characteristics of reading disabilities in Japan. Standardized reading ability and intelligence tests were conducted for 5th grade elementary school children of various districts. It was found that 18.7% of children have one year delay, and 10.9% of children have two or more years delay. This shows that Makita's claim of rarity of incidence of reading disabilities in Japan is incorrect.

RÉSUMÉ

Les difficultés d'apprentissage de la lecture des enfants dans le Japon Moderne.

La géneralité des difficultés d'apprentissage de la lecture varie de maniére importante d'un pays à l'autre. On considere généralement que au Japon ces difficultés sont tres rarès chez les enfants, en particulier en comparaison avec d'autres pays. Ce point de vue repose sur le texte du psychiatre japonais Makita (1968) qui a écrit que le pourcentage de difficultés de lecture au Japon était de 0.98%. Pourtant, suivant notre étude la plus récente (Hirose et Hatta, 1985), cette facon de voir paraaît incorrecte.

Notre recherche avait pour but de savoir quel est l'importance réelle des difficultés d'apprentissage de la lecture au Japon. Nous avons comparé en outre I'importance des difficultés d'apprentissage de la lecture suivant que les enfants vivaient dans des régions urbaines ou rurales et suivant le sexe, et nous avons examiné les caractéristiques des difficultés d'apprentissage de la lecture suivant le profil de certaines sous-échelles.

Les sujets étaient 893 enfants japonais agés de 11 ans. On a administréà ces enfants le test de compétence en lecture de Kitao (1984) et un test d'intelligence. Dans cette recherche on a pris pour définition opérationnelle des difficultés d'apprentissage de la lecture le fait que I'âge de lecture de l'elkve soit d'au moins deux ans inferieur a son ige chronologique et que son QI dans un test standardisé soit au moins égal à 85.

Les résultats obtenus permettent de soutenir quatre conclusions. Premiérement, les difficultés d'apprentissage de la lecture au Japon ne sont pas aussi rares que ce que l'on a cru mais semblent aussi répandues que dans beaucoup de pays occiden-taux. Nous estimons leur incidence à environ 11%; ce taux est comparable à celui de recherches effectutées dans d'autres pays occidentaux. Deuxièmement, les difficultés d'apprentissage de la lecture sont plus répandues chez les garcons (14.00%) que chez les filles (7.71%). Troisiémement, il n'y a pas de différence dans I'importance de ces difficultés suivant que les enfants vivent dans une région urbaine ou rurale. Enfin, nos résultats indiquent que les difficultés d'apprentissage de la lecture sont très liées à une mauvaise mémorisation de phrases et à un mauvais raisonnement, mais pas aux capacités de discrimination des mots.