SEARCH

SEARCH BY CITATION

Abstract

The main aim of this article is to test Richard Florida's hypothesis regarding the spatial mobility of the ‘creative class’ and the role of soft factors in their decisions concerning their place of residence. Empirical data from 11 European cities suggest that the European ‘creative class’ is not as mobile as Florida suggests. Cultural and institutional constraints contribute to lower mobility rates in Europe. In the article the role of ‘personal trajectories’, completely disregarded until now, is highlighted. On the basis of empirical research data, the role of soft location factors in the decisions of creative workers does not seem to be as relevant as has been implied by Florida and others. These factors play only a marginal role in attracting members of the creative class to a city. On the other hand, they do indeed play an important role in retaining them once they have relocated. This provides some support for policies aimed at bringing about the type of conditions characteristic of creative cities.

Résumé

L'article met à l'épreuve l'hypothèse de Richard Florida concernant la mobilité spatiale de la ‘classe créative’ et le rôle des facteurs intangibles (soft factors) dans le choix du lieu de résidence de ses membres. Des données empiriques collectées dans onze grandes villes d'Europe indiquent que la classe créative européenne n'est pas aussi mobile que Florida le suggère. Des contraintes culturelles et institutionnelles contribuent notamment à y abaisser les taux de mobilité. L'article souligne l'importance des ‘trajectoires personnelles’ jusqu'à présent totalement négligées. D'après les données de l'étude empirique, les facteurs d'implantation intangibles qui entrent dans les décisions des travailleurs créatifs ne sont apparemment pas aussi importants que ce que Florida et d'autres ont donnéà entendre. Ces facteurs ne jouent qu'un rôle marginal pour attirer les membres de la classe créative vers une ville. En revanche, ils présentent effectivement un grand intérêt dans la mesure où ils aident à les retenir une fois sur place. Cet aspect vient appuyer les politiques qui cherchent à réunir les conditions caractéristiques des villes créatives.